Russie : Kasparov (aussi) risque le camp

  • A
  • A
Russie : Kasparov (aussi) risque le camp
L'interpellation de Kasparov vendredi devant le tribunal de Moscou.@ Reuters
Partagez sur :

Le champion d'échecs est accusé d'avoir mordu un policier en marge du procès des Pussy Riot.

Garry Kasparov va-t-il payer chèrement son soutien aux Pussy Riot ? Tandis que les trois jeunes femmes du groupe punk hostile à Vladimir Poutine ont été condamnées vendredi à deux ans de camp, l'ancien champion du monde d'échecs encourt, lui, une peine de cinq ans de camp.

"Ces accusations sont infondées"

Que lui est-il reproché ? L'opposant russe est accusé d'avoir "mordu un policier". Les faits remontent à vendredi, jour du verdict du procès des Pussy Riot. Venu apporter son soutien aux trois jeunes femmes devant le tribunal de Moscou, le champion d'échecs est interpellé de façon musclée, comme l'attestent plusieurs enregistrements video.

L'interpellation de Kasparov a été filmée :

C'est au cours de cette interpellation que Garry Kasparov aurait mordu le policier. L'opposant nie les faits qui lui sont reprochés : "ces accusations sont infondées. Dans n'importe quel pays libre disposant d'une justice indépendante, elles auraient été immédiatement rejetées", a-t-il déclaré. L'opposant accuse même la police de l'avoir interpellé sans raison et de l'avoir battu.

Certains sites proches de l'opposition russe démontrent - captures d'écran à l'appui - que le policier qui accuse Kasparov n'a aucune blessure à la main après l'interpellation du champion d'échecs.

kasparov

© CAPTURE THE OTHER RUSSIA

"Cela me fait de la peine si le policier s'est blessé à la main quand il m'a frappé à la tête", a ironisé Garry Kasparov sur son compte Twitter. L'opposant a ajouté qu'il allait porter plainte mardi pour "diffamation" et pour protester contre son interpellation.

Interrogé par la police russe lundi, le champion d'échecs est suspendu à la décision du Comité d'enquête. C'est ce comité qui décidera d'ouvrir ou non une enquête criminelle à son encontre.

Un "témoin" à charge

L'opposant russe doit déjà faire face à un témoignage à charge : le dirigeant d'une association intitulée Officiers de Russie se serait déclaré prêt à confirmer devant un tribunal que Kasparov a bien mordu le policier.

L'agression d'un policier est passible de sanctions allant d'une amende de 200.000 roubles - soit environ 5.000 euros - à cinq ans de camp.

Après la condamnation des Pussy Riot vendredi dernier, le Kremlin semble donc opter pour la ligne dure. Lundi, la police de Moscou a d'ailleurs annoncé être à la recherche des autres membres du groupe Pussy Riot.