Russie: du matériel radioactif destiné à l'Iran

  • A
  • A
Russie: du matériel radioactif destiné à l'Iran
@ Maxppp
Partagez sur :

Un homme a été arrêté à l'aéroport avant un vol entre Moscou et Téhéran.

La douane russe a annoncé vendredi avoir saisi à l'aéroport de Moscou des matériaux radioactifs ne pouvant provenir que "du travail d'un réacteur nucléaire" transportés par un passager qui se rendait en Iran.

Radioactivité 20 fois supérieure à la normale

"Lors d'un contrôle dans la salle de départ d'un vol Moscou-Téhéran de l'aéroport Cheremetievo, le système de détection de radiations Iantar s'est déclenché. Lors de la fouille des bagages d'un passager, 18 articles métalliques (...) ont été découverts", indique la douane dans un communiqué. La douane précise qu'il s'agissait d'isotopes "sodium-22" (22Na) qui ne peuvent être "que le résultat du travail d'un réacteur nucléaire" et dont la radioactivité dépasse "20 fois le niveau naturel".

Ces matériaux radioactifs étaient placés dans des récipients en acier, poursuit la même source. La douane ajoute qu'une enquête criminelle a été ouverte mais ne précise ni la date de la saisie, ni l'identité du ou des suspects.
Aucune information n'est par ailleurs donnée dans le communiqué des douaniers sur l'utilisation qui pourrait être faite de ces produits.

Cependant, un expert nucléaire français a mis en doute l'origine des isotopes saisis, affirmant que le "sodium 22 n'était pas produit en coeur de réacteur nucléaire".

Nucléaire médical

"Il est en général produit dans un cyclotron. C'est un corps radioactif qui est émetteur Bêta+", a déclaré à l'AFP Christophe Behar, directeur de l'énergie nucléaire au Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA). "On l'utilise dans le domaine médical et rien d'autres. On bombarde de l'aluminium avec des protons qu'on a accélérés, on crée du sodium 22, ensuite c'est utilisé dans le domaine médical pour des analyses médicales", a-t-il précisé.

Et dans le cas de réacteurs nucléaires à neutrons rapides utilisant du sodium liquide comme fluide caloporteur (transportant la chaleur), "on fabriquerait plutôt du sodium 24", en capturant des neutrons supplémentaires,  a indiqué M. Behar. L'Iran est soupçonné par une grande partie de la communauté internationale de chercher à se doter de l'arme nucléaire, ce que Téhéran dément, assurant travailler sur l'atome à des fins uniquement civiles.

Un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a renforcé encore les suspicions sur le programme iranien, si bien que les Occidentaux ont réclamé l'adoption de sanctions supplémentaires par le Conseil de sécurité de l'ONU et en ont décrété d'autres unilatéralement. La Russie s'oppose pour le moment à toutes nouvelles mesures punitives contre Téhéran.