Meurtre de Boris Nemtsov : cinq suspects devant la justice

  • A
  • A
Meurtre de Boris Nemtsov : cinq suspects devant la justice
@ AFP/DMITRY SEREBRYAKOV
Partagez sur :

Deux nouveaux suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur la mort de l'opposant politique russe Boris Nemtsov, a-t-on appris dimanche.

Cinq suspects ont été présentés dimanche à un tribunal de Moscou dans l'enquête sur le meurtre de l'opposant Boris Nemtsov, tué par balle le 27 février près du Kremlin, selon l'agence publique russe RIA Novosti.

Des Tchétchènes en accusation. Deux Tchétchènes, Zaour Dadaïev et Anzor Goubachev, sont officiellement accusé "du meurtre de Boris Nemtsov, et les trois autres sont toujours suspects", a précisé Anna Fadaïeva, porte-parole de ce tribunal moscovite.

Boris Nemtsov, principal opposant politique à Vladimir Poutine, a été abattu le 27 février de quatre balles. Il se trouvait sur un pont, à deux pas du Kremlin, quand un homme masqué a surgi et lui a tiré dans le dos. Son assassinat a suscité une importante émotion et des dizaines de milliers de Russes ont témoigné leur sympathie lors de manifestations.

Vladimir Poutine désigné responsable. Le régime du président russe Vladimir Poutine a été pointé du doigt comme responsables de la mort de l'opposant. Un comité d'enquête a été mis en place immédiatement après la mort de Boris Nemtsov. Les enquêteurs avaient déclaré la semaine dernière n'exclure aucune piste pour expliquer l'assassinat : crime politique, piste islamiste - Boris Nemtsov avait récemment fait part de son soutien au journal satirique Charlie Hebdo -, mais aussi un meurtre lié à la guerre en Ukraine

L'amie de Boris Nemtsov menacée. La compagne de Boris Nemtsov est retournée en Ukraine, son pays d'origine, après l'assassinat. Présente sur les lieux au moment du meurtre, la jeune Ganna Douritska se dit aujourd'hui menacée. "Le 5 mars 2015, Ganna Douritska, témoin dans l'affaire du meurtre de l'opposant russe Boris Nemstov, s'est rendue au poste de police de Bila Tserkva dans la région de Kiev pour déclarer que des inconnus l'avaient menacée de mort lors de son séjour chez ses parents", a-t-on pu lire dans un communiqué. 

>> LIRE AUSSI - Les obsèques très politiques de Boris Nemstov

>> LIRE AUSSI - Manifestations d'ampleur à Moscou

>> LIRE AUSSI - La réaction de l'ambassadeur de Russie en France : "On veut déstabiliser la Russie"