Russie : 120 millions d'euros en espèces découverts chez un chef de la lutte anticorruption

  • A
  • A
Russie : 120 millions d'euros en espèces découverts chez un chef de la lutte anticorruption
Ce responsable a été placé en détention provisoire pour "corruption massive". Image d'illustration.@ YURI KADOBNOV / AFP
Partagez sur :

Lors d'une audience samedi dernier au tribunal, ce responsable a nié avoir des liens avec le crime organisé.

Plus de 120 millions d'euros en espèces ont été découverts dans l'appartement d'un haut responsable de la lutte anticorruption en Russie, qui a été placé en détention provisoire pour "corruption massive", ont annoncé les autorités. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a assuré lundi à la presse que le président Vladimir Poutine avait été informé de l'affaire, soulignant que la lutte anticorruption était "un processus multiforme et difficile". Les arrestations spectaculaires pour corruption de hauts responsables russes se sont multipliées ces derniers mois, s'inscrivant selon des experts dans le cadre d'une réorganisation des services de sécurité, parfois en conflit entre eux.

Entassés dans des cartons et des sacs. Dmitri Zakhartchenko, responsable d'une branche de l'agence russe de lutte contre les crimes économiques, rattachée au ministère de l'Intérieur, a été placé samedi en détention provisoire, accusé de "corruption massive" et d'abus de pouvoir. Les enquêteurs ont découvert vendredi dans un appartement appartenant à ses proches et dans sa voiture des billets de banque d'un montant total de plus de 120 millions d'euros en diverses devises. Les médias russes ont diffusé des photos de centaines de liasses de billets entassées dans des cartons et des sacs en plastique.

Lié au démantèlement d'une banque ? Selon des sources proches des services de sécurité, citées par le journal Novaïa Gazeta, l'arrestation de Dmitri Zakhartchenko est liée à celle quelque mois auparavant du chef criminel Zakhary Kalachov, dit "Chakro le Jeune". Plusieurs responsables du Comité d'enquête russe, chargé des principales investigations criminelles en Russie, avaient déjà été arrêtés en juillet, soupçonnés d'avoir fermé les yeux sur les activités de ce parrain du crime en échange d'un pot-de-vin d'un million de dollars.

Dmitri Zakhartchenko a pour sa part démenti ces liens présumés avec le crime organisé lors de l'audience au tribunal samedi, assurant que l'argent retrouvé ne lui appartenait pas mais refusant d'en éclaircir la provenance. Selon Novaïa Gazeta, cet argent proviendrait en fait du détournement de plus de 350 millions d'euros lors du démantèlement de la banque Nota, fermée en novembre 2015 par la Banque centrale russe.