Donald Trump en visite au Royaume-Uni : "Il n'est pas le bienvenu"

  • A
  • A
Partagez sur :

Plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent à Londres pour protester contre la venue de Donald Trump. Des protestations que le président américain doit voir le moins possible. 

REPORTAGE

Après avoir critiqué le projet de Theresa May de relation commerciale avec l'Union européenne après le Brexit, Donald Trump et la Première ministre britannique se rencontrent vendredi. Parallèlement, 50.000 manifestants protestent contre la venue du président américain. 

Un gros bébé flottant au-dessus de Westminster. De la résidence de villégiature de Theresa May à Windsor pour rencontrer la reine Elizabeth, tout a été organisé pour que Donald Trump ne voit rien des grandes manifestations londoniennes. Difficile pourtant de lui cacher un ballon représentant un gros bébé grognon en couche-culotte de six mètres à son effigie, qui devrait voler au-dessus de Westminster. Le financement de ce ballon a d'ailleurs fait l'objet d'une campagne de crowdfunding qui a dépassé son objectif de 30.000 livres (soit près de 34.000 euros). 



"C'est absolument génial", estime Pauline au micro d'Europe 1, venue spécialement du Sud-Est du pays pour protester contre la politique migratoire de Trump. "Ça dit tout de lui : c'est un gros bébé et c'est un petit enfant gâté dans un magasin de sucreries."

"Il n'est pas le bienvenu". "Il a besoin d'être ridiculisé", renchérit Linda, une Londonienne à la retraite qui ne veut plus entendre parler de relation spéciale avec les États-Unis. "Il est raciste, sexiste, il met des enfants en cage, il veut faire la guerre et va sûrement déclencher une guerre nucléaire. Theresa May n'aura pas dû l'inviter. Il n'est pas le bienvenu. Nous avons déjà des problèmes avec la montée de l'extrême droite dans ce pays alors nous ne voulons pas que des extrémistes se sentent encouragés par des personnes comme lui."

Une facture salée pour la sécurité. D'autres manifestations anti-Trump doivent avoir lieu dans tout le pays jusqu'à dimanche. Une pétition lancée jeudi sur la plateforme Change.org demande à ce que le ballon "Baby Trump" soit autorisé à flotter au-dessus du golf de Turnberry, en Écosse, appartenant à Donald Trump. Vendredi matin, elle avait recueilli plus de 13.500 signatures sur les 15.000 attendues. Face à cette mobilisation, la facture pour assurer la sécurité du président américain est très salée : entre neuf et onze millions d'euros.