Roman Polanski est arrivé à Gstaad

  • A
  • A
Roman Polanski est arrivé à Gstaad
Partagez sur :

Le cinéaste a été libéré vendredi en début d'après-midi. Il a retrouvé sa famille dans son chalet suisse.

Roman Polanski est arrivé vers 13 heures vendredi dans son chalet suisse de Gstaad. Deux limousines noires aux vitres teintées sont apparues devant "Milky Way", où sont massés des dizaines de journalistes, avant de s'engouffrer dans le garage souterrain.Le cinéaste, les traits tirés, était assis à l'arrière de la première voiture. Des agents de sécurité privés ont ensuite pris le relais des policiers helvétiques, se plaçant au quatre coins de la demeure.

En attendant son arrivée, dans la matinée, plusieurs policiers accompagnés d'une équipe canine de police s'affairaient autour du chalet. Le petit chemin goudronné et glacé qui mène au chalet de Roman Polanski avait été bloqué à la circulation. Environ 200 journalistes et cameramen qui se trouvaient aux abords du chalet ont été déplacés de quelques mètres par les forces de police pour laisser un passage au convoi.

Des personnes avaient été aperçues à l'intérieur du chalet. L'épouse du réalisateur, Emmanuelle Seigner, et ses deux enfants, Morgane et Elvis, devaient être présents pour l'accueillir.

Jeudi, le cinéaste franco-polonais avait été déplacé de la prison de Winterthour, près de Zurich. D'après le ministère suisse de la Justice, il se trouvait dans "un autre endroit", et ce "pour des raisons de sécurité". La date de sa sortie de prison, initialement prévue lundi dernier, puis reportée en raison de la lenteur de la procédure et du versement de la caution, a été confirmée mercredi par le ministère.

Roman Polanski devra désormais attendre son éventuelle extradition vers les Etats-Unis. Pour empêcher tout risque de fuite, le réalisateur polonais, qui a déjà du remettre ses papiers d'identité, sera contraint de un bracelet électronique durant son séjour à "Milky way". Il s'est aussi "engagé à ne franchir à aucun moment les limites de sa propriété", a précisé le ministère suisse de la Justice. Mais le cinéaste pourra passer Noël en famille et recevoir dans sa maison toutes les personnes qu'il souhaite et les héberger comme il veut.

Sa sortie de prison sous caution met fin à plus de deux mois de détention pour le réalisateur, qui avait été décrit comme très éprouvé par sa captivité. Pour autant, cet épisode judiciaire vieux de plus de 30 ans n'est pas encore fini. Selon ses avocats français, Roman Polanski s'oppose en effet à son extradition vers les Etats-Unis, où il pourrait être condamné à deux ans de prison.

> Gstaad, le discret refuge de Polanski

> Ce qui l'attend maintenant