Reza Pahlavi, le fils du dernier Shah d'Iran, a lancé un appel au dialogue aux Occidentaux vendredi sur Europe 1. Figure de l'opposition de son pays, il assure que "la guerre n'est pas une bonne solution". Une attaque des sites nucléaires donnerait au régime "carte blanche pour réagir d'une manière beaucoup plus dangereuse que ce qu'il a fait jusqu'à présent", estime-t-il. Selon lui, "il faut accentuer la pression sur le régime à travers des sanctions d'un côté et de l'autre aider l'opposition iranienne à l'intérieur et à l'extérieur du pays".

Mais "si l'intention des sanctions, c'est de pouvoir amener Ahmadinejad à table pour négocier avec le régime, vous perdez votre temps", avertit Reza Pahalvi. "Notre régime a sa propre logique qui ne s'accorde pas avec la logique du monde libre", poursuit-il. L'opposant conseille plutôt de "viser des sanctions plus diplomatiques : geler les avoirs des dirigeants de ce régime, ne pas accorder de visa aux dirigeants et à leur famille." "Le problème, c'est la politique de ce régime, c'est pas notre nation, c'est pas les Iraniens", lance-t-il.

"Depuis l'existence du régime islamique en Iran, combien de fois un gouvernement étranger a-t-il eu un dialogue direct avec l'opposition démocratique iranienne?", demande Reza Pahlavi. "En 32 ans, ça n'a jamais été fait. Il est grand temps d'entamer une voie de dialogue, non seulement avec le régime mais aussi avec l'opposition", demande-t-il.