Réunion internationale sur le terrorisme : quelles décisions ?

  • A
  • A
Réunion internationale sur le terrorisme : quelles décisions ?
Partagez sur :

11 ministres de l'Intérieur européens ont pris part, dimanche, à la réunion internationale sur le terrorisme organisée par le ministre de l'Intérieur français. 

"Paris est aujourd'hui la capitale du monde. Et le pays tout entier va se lever vers ce qu'il a de meilleur ", a déclaré François Hollande devant les membres du gouvernement, dimanche, alors que se préparait la marche républicaine de Paris. Le président français était entouré de plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement du monde entier pour cet hommage aux 17 victimes des attentats de ces derniers jours. Venus se recueillir, 11 ministres de l'Intérieur européens et le ministre américain de la Justice, Eric Holder ont aussi pris part à la réunion internationale sur le terrorisme, organisée par le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, place Beauvau, à Paris.  Ensemble, ils ont tenté d'avancer sur le dossier du terrorisme et de définir "une approche globale et opérationnelle", selon les mots de Bernard Cazeneuve. Europe 1 fait le point.

>> A lire aussi - Marche républicaine : impossible de compter les participants

Déplacement des terroristes et lutte contre la radicalisation. David Cameron, le Premier ministre britannique, cité sur la chaîne Sky News, a rappelé que la Grande-Bretagne faisait face à la même menace de "l'extrémisme fanatique" qui a frappé la France cette semaine. "Cette menace est présente depuis de nombreuses années et je pense qu'elle le sera pour encore beaucoup d'années", a-t-il déclaré.

Pour y faire face les ministres qui ont participé à la réunion internationale sur le terrorisme ont exprimé leur souhait de voir renforcée la coopération internationale sur deux points : la nécessité de se donner les moyens de contrecarrer les déplacements des terroristes ainsi que la lutte contre "les facteurs et les vecteurs de radicalisation, notamment sur Internet", a fait savoir Bernard Cazeneuve.

Quels moyens pour agir ? Les ministres européens ont ainsi lancé un appel à renforcer les contrôles des mouvements aux frontières extérieures de l'Union européenne et jugé "indispensable" le partenariat avec les opérateurs internet pour identifier et retirer rapidement les "contenus incitant à la haine et à la terreur".

Une liste européenne des combattants du djihad. La Belgique, elle, s'est également dite favorable à une  "liste européenne des combattants étrangers" ralliant le djihad.                  

Renforcer l'échange de données sur les passagers. "Nous sommes tous d'accord pour mettre en place des contrôles approfondis sur certains passagers sur la base de certains critères", a expliqué Bernard Cazeneuve, insistant par ailleurs sur la nécessité d'avancer sur le système de collecte des données fournies par les voyageurs aux compagnies aériennes. "Il faut progresser de façon urgente vers l'établissement d'un PNR européen" (Les données des dossiers passagers, ou PNR, pour l'anglais Passenger Name Record, ndlr.), a-t-il expliqué. Ce dossier permettra "l'échange des données concernant les passagers aériens entre les Etats membres" avec "toutes les garanties de protection des données personnelles", a-t-il tenu à préciser. Cela "permettra de suivre ceux qui se rendent sur le théâtre des opérations terroristes ou en reviennent", a confié le ministre français."Nous sommes convaincus de l'utilité irremplaçable" de cet outil, a-t-il insisté.

Un sommet "contre l'extrémisme". "Nous réunirons tous nos alliés pour discuter de la façon dont nous pouvons contrecarrer cet extrémisme violent qui existe autour du monde", a déclaré le ministre américain de la Justice Eric Holder.