Retraites : prouvez que vous êtes "usés"

  • A
  • A
Retraites : prouvez que vous êtes "usés"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le gouvernement veut que les salariés prouvent qu’ils sont "usés". Les syndicats s’insurgent.

Dans le débat qui oppose les syndicats au patronat sur les retraites, le gouvernement se contentait , jusque là de compter les points. Désormais on sait de quel côté il penche. Comme le patronat, il considère que la reconnaissance de la pénibilité dans le travail doit relever d’une approche individuelle et sur la base de preuves.

Approche individuelle

Pour pouvoir partir plus tôt à la retraite, le salarié doit prouver que sa santé a été altérée par une exposition à des conditions de travail difficiles. Le ministre du Travail, Eric Woerth, explique que les salariés "usés physiquement et qui peuvent le prouver" pourront partir plus tôt à la retraite.

Approche collective

Les syndicats s’opposent à cette approche individuelle de la pénibilité au travail. C’est "une insulte au bon sens, dès lors que pour bénéficier de mesures concrètes, la condition exigée serait que la santé du salarié soit déjà altérée, s’insurge la CGT. Même réaction à la CFDT. Jean-François Chérèque cite l’exemple de l’amiante. On sait que les personnes exposées ont une probabilité forte d’avoir des problèmes de santé. Mais si on attend que la maladie se déclare, il est parfois trop tard.

"Il est tout à fait possible d'identifier les salarié(e)s concerné(e)s en recourant aux critères définis lors des dernières négociations", affirme la CGT. Les dernières négociations interprofessionnelles entre syndicats et patronat, qui se sont terminées sur un échec, avaient fixé trois facteurs de pénibilité : les contraintes physiques marquées (port de charges lourdes, postures pénibles, vibrations), un environnement agressif (produits toxiques, températures extrêmes, bruits intenses, etc.), et certains rythmes de travail (travail de nuit, horaires alternants, etc.).

Le report de l’âge légal était jusque là le seul vrai point de fracture entre le gouvernement et les syndicats.