Retour à Ferguson, ville symbole des violences policières contre les Noirs

  • A
  • A

Partagez sur :

A quatre jours de l'élection présidentielle américaine, Europe 1 est retourné à Ferguson, dans le Missouri, ville symbole des violences policières. 

REPORTAGE

J-4 avant l'élection présidentielle américaine. Alors que le candidat républicain Donald Trump remonte dans les sondages, Europe 1 a choisi de s'arrêter sur un thème de campagne important : les violences policières. Les tensions raciales se sont imposées dans la campagne après plusieurs cas de jeunes hommes noirs abattus par des policiers blancs. Europe 1 s'est rendu à Ferguson, dans le Missouri, où un jeune Noir désarmé avait été tué par un policier blanc il y a deux ans, et où l'enjeu de l'élection présidentiel est énorme.

Les habitudes des ados ont changé. Sur Canfield drive, il y a un endroit très précis sur le trottoir où les passants évitent scrupuleusement de marcher. Une plaque incrustée dans le béton rappelle que Michael Brown a été abattu ici. Les fleurs et les bougies ont disparu depuis longtemps mais les habitudes prises après sont restées.

La plupart des adolescentes qui se baladent dans les rues de Ferguson ne se déplacent plus jamais seules. "Nous marchons toujours ensemble, et il y en a une qui a toujours un téléphone portable pour enregistrer, au cas où", explique une jeune femme. "Ça sera une preuve vidéo ou audio s’il se passe quelque chose", abonde une autre.

Entendu sur Europe 1
Si Trump gagne, la police pourra arrêter et fouiller tous ceux qui ont la peau noire, brune ou jaune...

"Rentrer en vie à la maison". Sur le pas de sa porte, une mère de famille a une autre technique pour "éviter d'avoir à faire des t-shirts avec des visages de ses enfants dessus". Elle a appris à ses deux fils de 11 et 14 ans les gestes qui sauvent en cas de mauvaise rencontre avec un policier. "Je dois leur faire prendre conscience que les gens ne savent pas qu’ils sont élevés dans une bonne famille, qu’ils vont dans une école privée, que leurs meilleurs amis sont blancs", explique-t-elle. "Je les entraîne et leur répète souvent : 'si vous rencontrez la police, votre but est de rentrer en vie à la maison". 

Les habitants de Ferguson sont résignés. Ils ne voient pas dans l'élection présidentielle une possibilité de changement, même en cas d'élection d'Hillary Clinton. Pendant 8 ans, Barack Obama, pourtant premier président noir des Etats-Unis, n'a pas réussi à faire bouger les choses. Alors, cette mère de famille n'y croit plus même si elle redoute énormément Donald Trump. "Honnêtement, si c'est lui, la police pourra arrêter et fouiller tous ceux qui ont la peau noire, brune ou jaune… Nous n’auront plus de droits", prophétise-t-elle.