Retenues en Géorgie pour du Dafalgan : la deuxième Française libre

  • A
  • A
Retenues en Géorgie pour du Dafalgan : la deuxième Française libre
En Géorgie, le Dafalgan codéiné est considéré comme un stupéfiant.@ Max PPP
Partagez sur :

LIBRE - L'autre Française arrêtée pour possession de ce médicament interdit là-bas devrait quitter le pays mardi soir.

En France, on peut acheter du Dafalgan codéiné. En Géorgie, ce médicament antalgique est interdit. Deux Françaises en ont fait l'amère expérience : elles ont été arrêtées dans cette république de Caucase pour possession de Dafalgan. Arzu Bilici, 41 ans, avait pu quitter le pays jeudi soir. Hatice Kaynar, 36 ans, qui faisait aussi l'objet d'une mesure de rétention administrative, est finalement "libre de ses mouvements" et devrait quitter la Géorgie mardi soir.

Considéré comme un stupéfiant. Le 30 juillet, les deux femmes avaient été arrêtées à la frontière entre la Géorgie et la Turquie puis libérées en échange d'un engagement à ne pas quitter le pays avant leur procès. Elles ont été condamnées à payer une amende de 2.500 euros pour possession de Dafalgan, un médicament antidouleur considéré comme un produit stupéfiant en Géorgie car contenant de la codéine.

>> LIRE AUSSI - Retenue en Géorgie pour possession de Dafalgan, la Française libérée

Munissez-vous de vos ordonnances. Sur son site internet, le ministère français des Affaires étrangères avertit que "certains médicaments délivrés sur ordonnance en Europe ne sont pas autorisés à l'importation en Géorgie", notamment les opiacés comme la codéine. "Il est donc fortement recommandé aux voyageurs sous traitement médical de vérifier auprès de l'ambassade de Géorgie en France avant leur départ, que les médicaments en leur possession sont autorisés en Géorgie, de se munir d'un original et de copies de leur ordonnance médicale, et de déclarer l'intégralité de leurs médicaments lors du contrôle en douane à l'entrée", est-il précisé sur le site.