Répit pour l’otage français d’Al-Qaïda

  • A
  • A
Répit pour l’otage français d’Al-Qaïda
Partagez sur :

La branche maghrébine, qui menaçait de l’exécuter, a repoussé son ultimatum.

La branche maghrébine d'Al-Qaïda, qui menace d'exécuter un otage français enlevé fin novembre au Mali, a repoussé à une date indéterminée son ultimatum, qui expirait dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué samedi soir un négociateur malien.

"L'ultimatum a été repoussé par Al-Qaïda. J'ai donné l'information au gouvernement malien, qui a communiqué avec la France" a précisé cette source s'exprimant sous couvert de l'anonymat et qui est au cœur des tractations. "Il n'y a pas de date précise donnée (pour la prolongation de l'ultimatum) mais il faut qu'on fasse vite pour trouver une solution", a ajouté ce responsable.

"Les gens (d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, Aqmi) demandent en tout cas la libération très rapide de leurs quatre prisonniers qui sont au Mali. Ils ne demandent rien d'autre", a ajouté la même source.

Aqmi détient 6 Européens

Il s'agit du premier otage français détenu par Aqmi. Selon une source proche du dossier, "ces derniers jours, Paris a dépêché à Bamako plusieurs émissaires, dont des proches collaborateurs de Nicolas Sarkozy (le président français) pour obtenir la libération de l'otage français".

La branche d'Al-Qaïda au Maghreb, qui détient en tout six Européens en otage, avait menacé le 10 janvier d'exécuter le Français Pierre Camatte, si quatre de ses combattants (deux Mauritaniens, un Algérien et un Burkinabè) détenus au Mali n'étaient pas libérés d'ici le 30 janvier.