Relance du dialogue israélo-palestinien : Jean-Marc Ayrault à Jérusalem, pour convaincre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le ministres des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault est attendu samedi 14 mai au soir à Jérusalem. Le chef de la diplomatie française veut relancer le processus de paix entre Israël et la Palestine.

REPORTAGE

La France se rêve en agent de la paix mais Israël n'en démord pas : le pays est opposé à l'initiative française de relance du processus de paix avec son voisin palestinien. Deux semaines avant une conférence internationale organisée par le Quai d'Orsay à Paris, le ministre des Affaires étrangères Jean Marc Ayrault rencontrera samedi 14 mai le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu puis le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah. L'objectif ? Convaincre les deux chefs d'Etat de la crédibilité de la réunion qui se tiendra sans eux, mais en présence de la plupart des grandes puissances internationales, pour redonner un souffle aux négociations entre leurs deux pays. 

Une situation qui s'empire. Si les Israéliens ont exprimé leur désaccord total avec l'initiative française, du côté palestinien, en revanche, on plébiscite la relance du dialogue orchestré par la France. Un soutien politique qui n'occulte pas un certain désespoir de la population des territoires occupés. "Depuis les accords d'Oslo jamais respectés par les Israéliens, la situation a empiré", témoigne Omar, jeune palestinien rencontré par Europe 1.

La forteresse Jérusalem. Omar vit dans un camp de réfugiés palestiniens au sud de Bethléem. Sa liberté de déplacement est restreinte. Il a réussi, il y a peu, à se faire soigner dans un hôpital à Jérusalem, mais il du batailler pour obtenir un laissez-passer. "C'est très compliqué de se rendre à Jérusalem. Dans le passé c'était plus facile, on pouvait même s'y rendre en voiture" raconte-t-il. 

"Les israéliens contrôlent la Cisjordanie et continuent de voler nos terres", dénonce-t-il encore. 

C'est dans ce contexte extrêmement tendu que se déroulera la réunion le 30 mai à Paris. La dernière initiative diplomatique américaine sur cette question a échoué en 2014.