Qui sont les autres Français condamnés à mort dans le monde ?

  • A
  • A
Qui sont les autres Français condamnés à mort dans le monde ?
@ AFP
Partagez sur :

Comme Serge Atlaoui, sept autres français ont été condamné à mort dans différents pays, et seules les identités de quatre d'entre eux sont publiques.

Serge Atlaoui risque de devenir le premier français exécuté par voie judiciaire à l'étranger. Mais, comme lui, sept autres français ont été condamné à mort dans différents pays, selon le ministère des Affaires étrangères. Et seules les identités de quatre d'entre eux sont publiques. Europe 1 revient sur le profil de ces quatre hommes, qui attendent depuis plusieurs années dans les couloirs de la mort.

Serge Atlaoui en Indonésie. Quatre hommes, quatre histoire. Celle de Serge Atlaoui, ce Français de 51 ans, incarcéré depuis dix ans en Indonésie, où il a été condamné à mort pour trafic de drogue. Il clame depuis le début son innocence. Mardi, son ultime recours a été rejeté par la Cour suprême indonésienne. Le Français, emprisonné depuis dix ans, risque d'être fusillé dans les prochains jours.

Chan Thao Phoumy en Chine. Chan Thao Phoumy a, lui aussi, été condamné à la peine capitale, en Chine. Ce Français, né au Laos, a été condamné à mort en 2010. Il est reconnu coupable de fabrication, transport, contrebande et trafic de méthamphétamine. Chan Thao Phoumy faisait partie d'un réseau qui aurait produit des tonnes de cette drogue synthétique, entre 1999 à 2003, en Chine.

Jean-Marc Thivind. Plus d'un millier de kilomètres au sud, en Thaïlande, c'est un autre Français qui lutte pour échapper à la sentence : Jean-Marc Thivind. Le parcours surréaliste de ce strasbourgeois commence en France. Incarcéré pour trafic d’héroïne, il s'évade de prison en 1995 et s'enfuit direction la Thaïlande. Un pays qui l'accuse désormais d'avoir tué un ressortissant allemand sur son sol en 2007. Il attend aujourd'hui un troisième procès dans un prison thaïlandaise.
Michael Legrand aux États-Unis. Un autre français patiente depuis 16 ans. Aux États-Unis cette fois. Il s'appelle Michael Legrand, jugé coupable d'avoir poignardé un cubain, pour lui voler sa collection de disque. Lorsqu'il apprend sa peine, Michael Legrand a la nationalité américaine. C'est une fois incarcéré, en 2003, qu'il obtient la nationalité française, grâce à un oncle par alliance. Objectif : bénéficier de la protection consulaire et faire tranformer sa peine. Même si à ce jour aucun français n'a pu, grace à son passeport, sortir du quartier des condamnés.

>> LIRE AUSSIAnggun demande au président indonésien de gracier Serge Atlaoui

>> LIRE AUSSISerge Atlaoui condamné à mort, sa famille en appelle à Hollande

>> LIRE AUSSI - Serge Atlaoui : l'Indonésie lance le compte à rebours