Qui est Michel Temer, le remplaçant de Dilma Rousseff ?

  • A
  • A
Qui est Michel Temer, le remplaçant de Dilma Rousseff ?
@ EVARISTO SA / AFP
Partagez sur :

Le vice-président brésilien ne jouit pas d’une cote de popularité débordante et pourrait bien être destitué à son tour.

A plus de 75 ans, Michel Temer a déjà un long parcours politique derrière lui. Le vice-président brésilien, qui vient de remplacer Dilma Rousseff à la présidence, "est ce qu’on pourrait appeler un apparatchik", avance Gaspard Estrada, directeur exécutif de l’Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes de Sciences-Po Paris. "Mais c’est surtout un homme spécialiste des manœuvres politiques, notamment au Parlement", précise-t-il à Europe 1.

Expert des actions en coulisses, Michel Temer est très peu connu des Brésiliens. Habitué à jouer les seconds rôles, il est depuis jeudi matin, le remplaçant officiel de la présidente Dilma Rousseff, écartée du pouvoir par une procédure de destitution. "Il n’est pas habitué à être sur le devant de la scène. Il va donc falloir observer comment il va endosser le costume de chef d’Etat", prévient le politologue.

Il est l’un d’eux, il fait partie de la lignée traditionnelle

Un des premiers obstacles auquel le président par intérim pourrait faire face est, sans doute, son manque de popularité auprès des Brésiliens. Tout comme Dilma Rousseff, Michel Temer fait partie de la génération d’hommes et de femmes politiques "mouillés" dans des scandales financiers et de corruption. "Il est l’un d’eux, il fait partie de la lignée traditionnelle et c’est tout ce système-là qui est mis aujourd’hui en accusation par les Brésiliens".

Selon les derniers sondages, s'il devait briguer le pouvoir lors d'une élection présidentielle, il n'obtiendrait qu'entre 1 à 2% des suffrages. "Mais paradoxalement, c’est quand même lui qui sort vainqueur de cette grande séquence politique", ajoute le spécialiste.

Un certain appétit pour la présidence

Pendant 15 ans, Michel Temer - fils d'immigrants libanais - a dirigé le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB). Un parti très important dans la coalition avec le Parti des travailleurs de Dilma Rousseff. "Le fait qu’il puisse avoir du poids a dû attiser son appétit pour la présidence et cela a dû créer quelques tensions avec Dilma Rousseff", analyse Gaspard Estrada.

Michel Temer apparaît, en effet, comme un vice-président lassé du rôle "décoratif" de sa fonction. Ses intentions avaient déjà transpirées lorsque l'enregistrement d'un discours préparé pour le jour où il s'installerait au palais présidentiel, avait fuité. Dilma Rousseff avait aussitôt dénoncé "une trahison" de la part de son collaborateur.

Au fil des semaines, Michel Temer a su profiter de la fragilisation de la présidente pour s’engouffrer dans la course à la présidence. "Puis il a su tirer les ficelles et s’assurer le soutien des parlementaires pour une mise à l’écart temporaire de Dilma Rousseff", ajoute le politologue. La présidente brésilienne a donc été écartée, jeudi, pour une durée maximum de 180 jours. Un délai que Michel Temer va mettre à profit pour remplacer le gouvernement en place avec ses propres ministres, sauf le directeur de la Banque centrale et le ministre des Sports, en raison des JO de Rio qui se tiennent bientôt.

Mais le président par intérim pourrait aussi faire face à la justice dans les prochaines semaines. Il a, lui aussi, été nommé à plusieurs reprises par des personnes inculpées dans le cadre du scandale de corruption Petrobras.