Meghan Markle, une féministe chez les Windsor

  • A
  • A
Partagez sur :

Meghan Markle, actrice américaine de 36 ans engagée pour la cause des femmes auprès de l'ONU, va épouser le prince Harry au printemps prochain.

CINQ CHOSES A SAVOIR

Elle est Américaine, métisse et militante. L’actrice Meghan Markle, qui épousera le prince Harry au printemps 2018, devrait apporter un vent de nouveautés sur la couronne britannique. Celle qui était jusque là quasiment inconnue du grand public va bientôt bénéficier d'une aura royale. Voici cinq choses à savoir sur la future princesse britannique.

La rancœur d'une demi-sœur

L'Américaine aux longs cheveux noirs et au physique élancé voit le jour le 4 août 1981 à Los Angeles. Meghan Markle est la fille de Thomas W. Markle, directeur de la photographie de séries télévisées et de Dorias, professeure de yoga noire américaine. Ses parents divorcent lorsqu’elle a six ans. De la nouvelle union de son père est née une demi-sœur, qui affiche publiquement sa rancœur pour Meghan Markle et l’accuse d’avoir tout manigancé pour devenir un jour princesse. D’après Madame Figaro, elle devrait bientôt sortir un livre intitulé Journal de la sœur d’une princesse arriviste.

Actrice dans la série Suits

Diplômée en relations internationales, Meghan Markle débute sa carrière à l’ambassade américaine de Buenos Aires, en Argentine. Elle finit par se tourner vers la comédie, rattrapée par sa fibre artistique, et enchaîne les castings, détaille Gala. Elle décroche son premier rôle en 2002 dans le soap opera Hôpital central, qui va la faire connaître. Elle apparaît également dans Les Experts Manhattan, Fringe… L’actrice joue aussi dans des longs-métrages tel que Comment tuer son boss. Sa carrière prend un nouveau tournant en 2011 lorsqu’elle décroche le rôle de Rachel Zane, une assistante juridique dans la série à succès Suits.     

Engagée pour la cause des femmes

Meghan Markle est indépendante, et le revendique. Elle s’engage tôt dans l’humanitaire. "Je n'ai jamais voulu devenir une femme de mondanités, j'ai toujours voulu être une femme active", écrivait-elle sur son blog "Tig", fermé en avril dernier. En 2016, elle est nommée ambassadrice de l’association World Vision qui lutte contre la pauvreté. L’actrice participe alors à une mission au Rwanda. Meghan Markle affirme aussi régulièrement ses convictions féministes, forgées depuis son enfance, et milite auprès de l'ONU sur la question de la condition des femmes.

Une inconnue à la une des journaux

Quand son nom a surgi à la une des journaux britanniques il y a environ un an, Meghan Markle était une quasi-inconnue au Royaume-Uni. L’Américaine rencontre le prince Harry lors d’un événement caritatif à Toronto, au Canada, en mai 2016. Dès le mois d’octobre suivant, les rumeurs commencent à circuler. Un communiqué du palais de Kensington officialise leur relation en novembre 2016, quand, las de l'emballement médiatique, le prince Harry confirme la relation et s'en prend au "sexisme" et au "racisme" des réseaux sociaux envers Meghan Markle, ainsi qu'à la presse coupable de "harcèlement" à son égard. 

De manière inattendue, en septembre, Meghan Markle elle-même s'épanche sur sa relation avec le prince. "Nous sommes un couple. Nous sommes amoureux. (...) Nous sommes heureux ", déclare-t-elle au magazine Vanity Fair. L’officialisation du couple princier fait de Meghan Markle l’actrice la plus googlisée en 2016, d’après Madame Figaro

Sa rencontre avec Elizabeth II

Le couple s’affiche depuis de plus en plus, jusqu’à apparaître pour la première fois ensemble lors des Invictus Games à Toronto, main dans la main, en septembre dernier. Des photos les montrent échangeant des baisers. Selon des médias britanniques, le mois suivant, le prince aurait même présenté sa petite amie à sa grand-mère, la reine Elizabeth II. Meghan Markle a finalement posé ses valises à Londres il y a quelques jours, avant un mariage princier attendu dans quelques mois. Seule ombre au tableau : l'actrice de trois ans l'aînée de Harry est divorcée d'un premier mariage avec un producteur américain, qui a duré deux ans (2011-2013). Une aubaine pour les tabloïds britanniques qui ressortent les vieilles photos de cette première union. 

1280

©CHRIS JACKSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP