Qui est Fayçal Cheffou, suspecté d'être le troisième homme du commando de l'aéroport de Bruxelles ?

  • A
  • A
Qui est Fayçal Cheffou, suspecté d'être le troisième homme du commando de l'aéroport de Bruxelles ?
Partagez sur :

Pour l’heure, on ne connaît pas vraiment ses liens avec les autres terroristes présumés.

La traque pour "anéantir" le réseau djihadiste tentaculaire des attentats de Bruxelles et Paris a enregistré une avancée importante samedi avec l'inculpation d'un premier suspect en lien avec les tueries bruxelloises, qui pourrait être le troisième homme de l'attaque contre l'aéroport de la capitale belge. "Fayçal C.", comme l’a présenté le parquet. Selon les médias belges, il s’agirait de Fayçal Cheffou. Pour l’heure, on ne connaît pas vraiment ses liens avec les autres terroristes présumés.

Mise à jour le 28 mars à 16h20 : Fayçal Cheffou, seul inculpé dans l'enquête sur les attentats de Bruxelles et initialement soupçonné d'être le troisième assaillant de l'aéroport, a été remis en liberté.

• Quel était son rôle ?

Les enquêteurs ont-ils mis la main sur "l'homme au chapeau", ce suspect repéré sur des images de vidéosurveillance près des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles et recherché activement depuis les attentats qui ont fait 31 morts et 300 blessés mardi ? C'est une "hypothèse", confirme à l'AFP une source proche de l'enquête. En attendant une éventuelle identification formelle, Fayçal C., arrêté jeudi, a été inculpé pour "assassinats terroristes" et "participation aux activités d'un groupe terroriste", a annoncé samedi le parquet fédéral belge.

L'"homme au chapeau", vêtu d'une veste claire et poussant un charriot avec un bagage sur les images de vidéosurveillance, était arrivé à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem mardi matin tôt avec les kamikazes, Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui, tous deux liés aux commandos des attentats du 13 novembre à Paris. Selon le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, il avait alors "déposé un grand sac" qui "contenait la charge explosive la plus importante" puis était "parti avant les explosions". Sa bombe n'avait toutefois pas explosé au moment du double attentat suicide.

• Présenté comme un journaliste indépendant

Le quotidien Le Soir rapporte qu'il a été identifié par un chauffeur de taxi qui a conduit les terroristes à l'aéroport. Un autre média belge précise que Cheffou travaillait comme journaliste pigiste. Une vidéo publiée en juillet 2014 sur un reportage sur un centre fermé en Belgique, accueillant des personnes en séjour illégal, lui est notamment attribué. Un reportage dans lequel il s’indignait du fait que les repas des musulmans étaient servis "avant la rupture du jeûne pendant le ramadan".

 • Soupçonné de recruter des candidats au djihad

 Le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayer, a déclaré au journal Le Soir que Cheffou avait été interpellé à plusieurs reprises dans un centre d'accueil où il cherchait à encourager des demandeurs d'asile à passer dans le camp djihadiste. Il s'agissait d'un individu "dangereux", a dit le bourgmestre. Cheffou s'était vu par la suite interdire l'accès au centre d'accueil des demandeurs d'asile.

• Déjà connu des services de police

En 2003, Fayçal C. a été inculpé de recel, association de malfaiteurs et de meurtre, d’après les informations de Sudinfo. "Alors qu’il était absent, un de ses amis était tombé sur une arme chez lui et l’avait pointé sur un autre ami pour plaisanter. Mais le coup est parti, le tuant d’une balle dans la tête.", écrit le quotidien belge.

Son grand frère, Karim, a lui été abattu lors de son interpellation en 2002, alors qu’il était âgé de 23 ans. Il était connu des services de police pour plusieurs braquages. Une kalashnikov et un sac rempli de grenades avaient été retrouvés à son domicile, à Schaerbeek.