Québec : un mort au soir de l'élection

  • A
  • A
Québec : un mort au soir de l'élection
Un homme d'une cinquantaine d'années a rapidement été arrêté à l'arrière du bâtiment où les indépendantistes célébraient leur victoire électorale. S'adressant aux journalistes présents sur place, il a crié "les Anglais se réveillent !".@ LA PRESSE
Partagez sur :

Un homme a ouvert le feu en marge du discours de la nouvelle Premier ministre Pauline Marois.

L'euphorie du Parti québécois, qui a remporté mardi soir les élections provinciales au Canada, aura été de courte durée. La soirée électorale a rapidement été endeuillée par une fusillade et un début d'incendie qui ont éclaté mercredi à l'arrière du Métropolis, une salle de Montréal investie par le Parti québécois (PQ) pour son meeting de victoire.

Bilan de la fusillade : un mort, un technicien âgé "d'une quarantaine d'années" dixit les enquêteurs, et au moins deux blessés. "Une personne est décédé", a confirmé la Police de Montréal sur Twitter, après avoir annoncé l'arrestation d'un homme. .

05.09.Tweet.police.montreal1.460.300

© TWITTER

"Un homme de 50 ans a ouvert le feu"

L'attentat a éclaté alors que la chef de file des séparatistes, Pauline Marois (photo ci-contre), prononçait un discours à la tribune du Métropolis. "Vers minuit, à l'arrière du Métropolis, un homme de 50 ans a ouvert le feu et a blessé 2 pers (état critique). L'homme a été arrêté", a annoncé la police, toujours sur Twitter.

"Cela s'est passé à l'arrière du bâtiment, le suspect a mis le feu à une porte arrière", a ensuite précisé la police de Montréal lors d'une conférence de presse improvisée à l'extérieur du bâtiment. "Il est entré à l'intérieur, dans un vestibule arrière, c'est survenu vers 23h55". "Pour nous, c'est un homicide, le suspect a été arrêté rapidement. (...) Il y a plus d'une arme", a ajouté le porte-parole de la police sur Radio Canada.

"À minuit, l'homme a réussi à entrer par la porte des artistes de la salle de spectacle, se retrouvant à environ 20 ou 25 pieds de la scène où Mme Marois livrait son discours", a précisé un témoin précisé par le quotidien La Presse. Arrêté avec une cagoule sur la tête et vêtu d'une chemise de nuit selon certains témoins, cet homme est également soupçonné d'avoir mis le feu à l'arrière du bâtiment.

Un forcené en croisade contre les indépendantistes québécois ?

Les aspirations indépendantistes des Québécois pourraient être à l'origine de la fusillade puisque cet incident est survenu au moment où Pauline Marois venait de déclarer : "l'avenir du Québec, c'est de devenir un pays souverain". "Les Anglais se réveillent ! Les Anglais se réveillent!", a d'ailleurs crié le suspect sur des images diffusées par la Radio Canada.

05.093.Arrestation.attenat.quebec.RADIOCANADA.930.620

© RADIOCANADA

Encadré par des policiers, cet homme armé d'un fusil et vêtu d'une cape noire a ajouté en anglais, selon des journalistes canadiens sur place : "on va vous rendre la monnaie de la pièce".

La police a identifié un véhicule suspect

05.09.Attentat.montreal.vehicule.LAPRESSE.930.620

© LA PRESSE

 Le police de Montréal a rapidement établi un périmètre de sécurité autour du Métropolis, "pour isoler un véhicule qui pourrait contenir des explosif ou être rempli d'armes", rapporte le quotidien La Presse.

Pauline Marois, qui a été évacuée de la scène sur laquelle elle se trouvait par ses gardes du corps, est revenue un peu plus tard. "La sécurité de madame Marois n'a pas été compromise, les policiers ont agi rapidement pour la sécuriser", a assuré le capitaine Jean Finet cité par le quotidien canadien La Presse.