Que sait-on de Melania Trump, la future "First lady" américaine ?

  • A
  • A
Que sait-on de Melania Trump, la future "First lady" américaine ?
@ MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :

Plus discrète que son éruptif époux, Melania Trump va désormais devoir endosser le rôle de Première dame de la plus grande puissance mondiale.

48 HEURES 100% USA

Elle avait prévenu dès 1999 qu'elle serait une Première dame "très traditionnelle, comme Betty Ford ou Jackie Kennedy". Après la victoire surprise de son mari, Melania Trump va pouvoir appliquer ses projections. À 46 ans, l'ancien mannequin va devenir la première femme d'origine étrangère d'un président américain depuis près de deux siècles. Avec la lourde tâche de succéder à la très populaire Michelle Obama.

Une carrière de mannequin florissante. Melania Knavs, de son nom de jeune fille, est née et a passé son enfance dans la petite ville de Sevnica, alors située en ex-Yougoslavie communiste, à une centaine de kilomètres de Ljubljana, la capitale. Sa famille est plutôt modeste : une mère est employée dans une usine textile où elle dessine des motifs et son père, militant communiste, vend des voitures. À 16 ans, Melania Knavs entame sa carrière de mannequin. Prisée par les photographes du monde entier, elle est amenée à poser pour des magazines de mode prestigieux, comme Allure, Vanity Fair ou Elle. 

La sensation des tapis rouges. Quelques années plus tard, en 1998, lors de la Fashion Week de New York, Melania Knavs fait la rencontre qui va changer sa vie. Donald Trump, pourtant accompagné, la drague sans succès immédiat. Après quelques mois d'idylle, le couple se sépare puis se reforme. Ensemble, Donald et Melania - 24 années d'écart - font sensation sur les tapis rouges. Sa participation aux émissions de téléréalité "The Howard Stern Show" ou "The Apprentice" finit d'asseoir sa notoriété.

melaniaplayboy
Donald Trump entouré de sa compagne Melania et de la playmate Victoria Silverstedt, lors du 50e anniversaire de Playboy en 2003. Crédit photo : Peter Kramer/ Getty Images North America/AFP

L'image de la famille. Le 22 janvier 2005, Melania Knavs devient officiellement "Mrs Trump" lors d'un mariage en grandes pompes, qui rassemble nombre de célébrités, parmi lesquelles… le couple Clinton. Un an plus tard, Melania Trump, devenue citoyenne américaine, met au monde Barron William Trump, et endosse alors un costume de mère, bien moins exubérant. À l'époque, elle affirme vouloir se consacrer à l'éducation de leur fils, dans les ors de leur triplex aux allures de mini-Versailles, en haut de la Tour Trump sur la Cinquième avenue à New York. La politique, très peu pour elle.

001_HX2PO

Admiratrice de la première heure. Et quand l'ambition présidentielle naît chez Donald Trump, l'épouse du milliardaire américain freine des quatre fers. "Je lui ai dit, nous avons une belle vie", avait-elle expliqué sur Fox. Mais en bonne épouse américaine et à mesure que l'engouement pro-Trump grandit, Melania Trump s'affiche comme sa plus fervente supportrice, rabâchant à qui veut bien l'entendre que son mari "est un grand négociateur, il dit la vérité, c'est un grand leader, il est juste". "Il fera un président fantastique", affirme-t-elle début novembre lors d'un meeting à Berwyn, près de Philadelphie.


melaniafamille1280

Donald, Melania et leur fils Barron Trump sur le Walk of Fame d'Hollywood en 2006. Crédit photo : VINCE BUCCI/Getty Images North America/AFP

La "caution morale" de Donald Trump. Alors que Donald Trump s'enfonce dans l'outrance et les déclarations choc, la discrète - presque timide - Melania Trump se fait l'avocate des "valeurs américaines, gentillesse, honnêteté, respect, compassion, générosité". Quand les accusations de harcèlement sexuel pleuvent sur son mari, la future "First lady" défend mordicus que Donald Trump n'est ni machiste, ni misogyne, réduisant ses propos à d'inoffensives "discussions de vestiaires entre garçons". 

melaniacaution1280
Tout au long de la campagne, Melania Trump a visiblement cherché à adoucir l'image de son mari. Crédit photo : Andrew Burton/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Tout en continuant à le soutenir et l'excuser, Melania Trump encourage toutefois son mari à agir "de façon plus présidentielle", en évitant notamment les tweets ou retweets qui "parfois lui causent des problèmes". Visiblement douée pour arrondir les angles, la nouvelle Première dame américaine aura certainement à utiliser cette qualité, lorsqu'elle prendra ses quartiers à la Maison-Blanche, avec son bouillonnant mari.