Que reste-t-il de Gaza ?

  • A
  • A
Que reste-t-il de Gaza ?
Une femme porte ses affaires dans les décombres à Khan Younis@ Reuters
Partagez sur :

EN IMAGES - Après le retrait des troupes israéliennes de la bande de Gaza, de nombreux Palestiniens sont à la rue, leur logement ayant été détruit.

LES IMAGES. L'armée israélienne a retiré ses troupes de la bande de Gaza mardi, après plus de deux semaines de combats. Tsahal laisse derrière elle des quartiers entiers totalement dévastés et près de 1.900 morts, dont un tiers d'enfants. C'est notamment le cas à Huzaa, un quartier de l'est de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.

Il ne reste plus que des décombres des immeubles d'habitations après des bombardements israéliens.

Gaza

© Reuters/Finbarr O'Reilly

Logements, écoles, hôpitaux mais aussi des mosquées ont été pris pour cibles. Certains lieux de culte ont été totalement dévastés. 

Mosquée intérieur

© Reuters

>> LIRE AUSSI - Des Palestiniens musulmans réfugiés chez des chrétiens

De nombreux habitants, qui ont fui les combats pour se réfugier dans des zones plus calmes, ont retrouvé leur logement totalement dévasté, comme cette famille du quartier de Choujaya, dans la ville de Gaza. Cette zone, considérée comme un bastion du Hamas, a été bombardée sans discontinuer pendant plusieurs jours.

Gaza

© Reuters/Mohammed Salem

Dans certains cas, les quatre murs ont résisté aux attaques. Cette femme se retrouve chez elle, le 5 août, dans un décor totalement brûlé à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Il ne reste plus rien de ses meubles et effets personnels.

Gaza

© REUTERS/Suhaib Salem

Ces familles sont donc obligées de laisser leur maison derrière elles, à Beit Hanoun notamment. Selon l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens, cette opération militaire a fait 250.000 déplacés. L'UNRWA a besoin de 140 millions d'euros pour leur venir en aide.

Gaza

© REUTERS/Finbarr O'Reilly

Des écoles administrées par l'ONU servent de lieu de refuge pour les Palestiniens devenus sans domicile. Ils y vivent entassés, dans des conditions souvent difficiles, comme dans un des centres de la ville de Gaza. L'accès à l'eau potable n'y est pas toujours assuré. Le bombardement de l'unique centrale électrique de l'enclave empêche les pompes de fonctionner correctement.

Réfugiés bain enfant

© Reuters/Mohammed Salem

>> LIRE AUSSI - Le bébé miraculé de Gaza est mort

Ces centres d'accueil de fortune sont pris d'assaut par les Palestiniens. Ils ne sont pas seulement accueillis dans les locaux. La cour de l'école de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, a également fini par servir de lieu de vie.

Gaza

© Reuters/Mohammed Salem

Lors de l'assaut terrestre, des soldats israéliens ont pris position dans un lycée pour filles de Beit Hanoun. Ils y ont laissé quelques traces.

Gaza

© Reuters/Finbarr O'Reilly

Des graffitis sur les murs de ce lycée exhortent la population à cesser de soutenir le Hamas. Le mouvement, considéré comme une organisation terroriste par Israël et de nombreux pays occidentaux, a le contrôle de la bande de Gaza depuis 2007. Ses combattants ont envoyé des milliers de missiles sur le territoire israélien pendant l'opération Bordure protectrice.

Gaza Hamas

© Reuters/Finbarr O'Reilly