Quand Twitter s'emballe sur les mots de passe

  • A
  • A
Quand Twitter s'emballe sur les mots de passe
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le réseau social a invité trop d'internautes à changer leur mot de passe alors qu'ils n'étaient pas en danger.

Vous avez peut-être reçu jeudi un e-mail d'alerte de la part de Twitter. Pour des raisons de sécurité, le réseau social a demandé à certains utilisateurs, susceptibles d'être "hackés", de renouveler leur mot de passe. Près de 50 millions de comptes auraient été affectés, selon The Telegraph.

"Lorsque nous estimons qu'un compte a pu être mis en péril, nous remettons à jour son mot de passe et envoyons un e-mail au possesseur du compte en question pour l'informer de ce qui s'est passé et lui indiquer comment créer un nouveau mot de passe", a expliqué Twitter.

Le réseau publie "'une alerte au bogue"

twitter 930

© Capture

Mais lors de cette opération routinière, la firme américaine a commis une erreur. Elle a adressé des e-mails de changement de mots de passe à des comptes qui n'étaient pas forcément "en danger".

"Dans le cas présent, nous avons sans le vouloir remis à jour les mots de passe d'un nombre de comptes plus grand que ceux qui, selon nous, ont été mis en péril", a expliqué Twitter. Le site de micro-blogging s'est excusé pour les inconvénients, publiant une "alerte au bogue" et assurant à ses utilisateurs que ses ingénieurs "travaillent activement pour régler ces problèmes". Un conseil : si vous n'avez pas réalisé cette opération, vérifiez quand même que l'e-mail envoyé par Twitter n'est pas parti dans vos "spams".

Des internautes circonspects

Sur la toile, certains internautes ont connu quelques perturbations. C'est le cas de la star britannique, David Mitchell :

La seule preuve de "hacking" qu'il a trouvée est la disparition d'un de ses tweets. "Bizarre", dit l'auteur britannique.

Des journalistes ou activistes présents en Chine et victimes de ce bug, ont cru que cela avait un lien avec le Congrès du Parti communiste chinois qui se déroule en ce moment, conclutThe Telegraph.