Quand Poutine félicitait Obama sur Twitter

  • A
  • A
Quand Poutine félicitait Obama sur Twitter
En deux ans, le ton a changé entre Barack Obama et Vladimir Poutine.@ Reuters
Partagez sur :

LES TEMPS CHANGENT - Il y a deux ans, le maître du Kremlin inaugurait son compte twitter en anglais avec un tweet félicitant Obama.

L'INFO. C'était il y a deux ans. Barack Obama venait d'être réélu et Vladimir Poutine se fendait alors de son tout premier tweet sur son compte en anglais : "félicitations au président américain Barack Obama", remarque le Washington Post. Un simple tweet qui permet de se rendre compte à quel point le ton a changé depuis entre Moscou et Washington.

Un "travail constructif". C'est pour célébrer son huitième anniversaire que le réseau social a mis en ligne un outil qui permet de retrouver le premier tweet posté par n'importe quel compte. C'est ainsi que le premier tweet de Vladimir Poutine en anglais, posté le 7 novembre 2012 a pu être débusqué.

La lecture du communiqué publié à l'époque laisse rêveur. On y apprend que le maître du Kremlin espère que Washington et Moscou continueront "leur travail constructif sur leur agenda bilatéral" ainsi que "sur les problèmes mondiaux et régionaux", tout en "soulignant l'important de la coopération entre des pays comme la Russie et les Etats-Unis pour assurer un développement mondial stable et sûr".

Sanctions contre sanctions. Deux ans et une crise ukrainienne plus tard, le ton a bien changé. Après le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, les Etats-Unis ont annoncé des sanctions visant notamment de hauts responsables russes. Sanctions "inacceptables" auxquelles le Kremlin a répondu en sanctionnant à son tour des responsables américains. Un porte-parole du Kremlin a prévenu : "qu'il n'y ait aucun doute : à chaque acte hostile nous répondrons de manière adéquate". Un discours à mille lieues des mots doux échangés deux ans plus tôt.

>> SUR LE MÊME SUJET :

DIPLOMATIE - Le sommet UE-Russie annulé, nouvelles sanctions américaines

NAVIGATION A VUE - Poutine, ce fin stratège

SUR LA LISTE - Qui est visé par les sanctions contre la Russie ?