Quand Obama spamme Twitter

  • A
  • A
Quand Obama spamme Twitter
@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER
Partagez sur :

Le président américain a envoyé de nombreux messages pour appeler les internautes à contacter leurs représentants.

Près de 80 messages en quelques heures. Le président américain ne ménage pas sa peine pour tenter de trouver un compromis sur le relèvement du plafond de la dette américaine. Il a passé plusieurs heures vendredi soir à envoyer des messages sur Twitter appelant ses followers à contacter leurs représentants républicains au Congrès via le réseau social.

"Appelez. Envoyez des mails. Twittez."

"Le temps de faire passer son parti avant tout est révolu. Si vous voulez un #compromis bipartite, faites-le savoir au Congrès. Appelez. Envoyez des mails. Twittez. -BO" Voilà le message qui a tout lancé. Écrit vendredi soir par Barack Obama lui-même (comme l'indiquent les initiales BO à la fin du message) sur son compte pour la campagne de 2012 sur le réseau social Twitter, il appelle les Américains à se mobiliser pour convaincre leurs représentants républicains d'adopter un plan commun sur la dette du pays.

Pendant les six heures qui ont suivi, son équipe de campagne a pris le relai pour inonder Twitter de message. "Vous avez entendu le Président. Alors voilà ce que nous allons faire : au fil de la journée, nous allons poster les comptes Twitter des législateurs du GOP [Grand Old Party, le parti républicain, ndlr] de chaque État", explique l'équipe d'Obama. Et par ordre alphabétique, de l'Alaska au Wyoming, les 50 États américains y sont passés...

"Quand rien ne marche, spammez Twitter"

Une initiative qui n'a pas beaucoup plus aux internautes. Beaucoup ont dénoncé une opération qu'ils ont considérée comme du spam. "Quand rien ne marche, spammez Twitter comme les sites porno. Bien joué @BarackObama", écrit ainsi x_1013_x. D'autres ont détourné le nom de compte du président américain pour lui faire comprendre qu'il twittait un peu trop : @BarackObama est ainsi devenu #BarackOspama.

D'autres se sont également demandé pourquoi le président américain signalait uniquement les comptes des représentants républicains au Congrès, et pas ceux de son camp, alors qu'il appelait à un compromis bipartite.

36.000 followers en moins et pas d'accord

Le résultat n'a d'ailleurs pas dû être à la hauteur des espérances de Barack Obama : non seulement il a perdu plus de 36.000 followers dans l'opération mais aucun compromis n'a été trouvé dans la soirée...