Quand "Miss Piggy" s'invite dans le débat Trump-Clinton

  • A
  • A
Quand "Miss Piggy" s'invite dans le débat Trump-Clinton
Alicia Machado, citoyenne américaine depuis quelques mois, a fait campagne pour Hillary Clinton@ Gustavo Caballero / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Au cours du débat télévisé entre les deux candidats à l'élection présidentielle américaine, Hillary Clinton a évoqué une mystérieuse "Miss Piggy".

Hillary Clinton et Donald Trump se sont affrontés sur un plateau de télévision pour la première fois où tous les coups étaient permis. En 90 minutes, les deux candidats avaient une mission : rallier le plus d'électeurs indécis à leur cause. Un exercice de style au cours duquel la candidate démocrate a évoqué la propension de son adversaire à qualifier les femmes de cochonnes, de flemmardes et de chiennes ("This is a man who has calling women pigs, slobs and dogs" en anglais), avec un exemple à l'appui : une ancienne Miss Univers rebaptisée "Miss Piggy". Une pique qui a attisé beaucoup de curiosité autour de cet épisode. 

"Miss Piggy" et "Miss housekeeper". En 1996, Alicia Machado, une jeune femme de 19 ans, remporte le concours de Miss Univers sous le drapeau Venezuélien. À ce moment-là, le milliardaire Donald Trump était l'un des partenaires du concours de beauté. Il aurait alors appelé cette reine de beauté "Miss Piggy" car elle avait pris un peu plus de 25 kg, d'après les informations de l'époque de CNN. Il avait alors déclaré qu'une gagnante de concours de beauté avait "une obligation de rester dans une condition physique parfaite".

De Miss Univers à Miss Piggy crédit : MISS UNIVERSE INC. / AFP

Alicia Machado a été sacrée Miss Univers en 1996


Un premier surnom rapidement suivi d'un deuxième "Miss femme de ménage" ("Miss Housekeeper") en référence aux origines latines de la jeune femme. Lors de son année de règne, Donald Trump avait même invité des médias à venir filmer la reine de beauté pendant une séance de gym à New York.

Donald Trump n'a pas démenti ces accusations. Si sur l'instant, il a plutôt rebondi sur les millions de dollars dépensés par Hillary Clinton pour sa campagne, Donald Trump a réagi à cette attaque dès le lendemain du débat. Au téléphone avec Fox & Friends Studio, il a expliqué que cette Miss Univers avait été "absolument la pire qu'on n'ait jamais eue". "Elle a gagné et pris énormément de poids, ce fut un vrai problème", a-t-il ajouté. Il faut dire que le candidat républicain ne s'est jamais caché d'avoir humilié la jeune femme avec son poids. En mai dernier, il avait "plaidé coupable" lorsque le New York Times l'avait interrogé sur le fait qu'il ait demandé à la jeune femme de maigrir.

La mise en scène d'une séance de sport. Crédit : JON LEVY / AFP

Une séance de sport mise en scène


Hillary Clinton enfonce le clou. Quelques heures après le débat, Hillary Clinton est elle aussi revenue sur cet épisode en diffusant une vidéo d'Inside Edition dans laquelle Alicia Machado explique le traitement qu'elle a reçu de la part de Donald Trump. "J'ai été prise dans le cercle vicieux de la blague de la 'Grosse Miss Univers'."

"Longtemps après cet épisode, j'ai eu des troubles alimentaires. Je ne mangeais plus et je me voyais toujours grosse parce qu'un homme puissant me l'avait dit." Le milliardaire l'aurait même menacée de lui retirer sa couronne si elle prenait encore du poids. Elle raconte même qu'il lui aurait sans cesse crié "tu es laide", "tu es grosse".



Une revanche dans les urnes ? Citoyenne américaine depuis le mois d'août, Alicia Machado a participé à la campagne d'Hillary Clinton. "Je suis une mère, je suis une étudiante, je suis un entrepreneur. Je sais que @HillaryClinton est votre candidate", a-t-elle écrit sur Instagram. Un engagement qu'elle a, elle aussi, réitéré sur Twitter lundi soir en postant un message en espagnol : "Merci Mme @HillaryClinton, votre respect pour les femmes et nos différences vous honore ! Je suis avec vous !" Comme Hillary Clinton l'a rappelé pendant le débat, le vote de l'ancienne Miss Univers 1997 ne sera probablement pas en faveur de Donald Trump.