Proche-Orient: le personnel US rapatrié

  • A
  • A
Proche-Orient: le personnel US rapatrié
@ REUTERS
Partagez sur :

Washington ordonne l'évacuation de ses personnels non essentiels de Tunisie et du Soudan.

Alors que les manifestations anti-américaines ne faiblissent pas dans le monde musulman, les États-Unis ont ordonné samedi l'évacuation de leurs personnels non essentiels ainsi que leurs proches de Tunisie et du Soudan. Les autorités américaines ont également déconseillé aux citoyens de se rendre dans ces pays, a annoncé le département d'Etat.

De son côté, le ministre tunisien de l'Intérieur menacé de punir tous ceux qui sont impliqués dans l'attaque de l'ambassade américaine qui a fait 4 morts et 49 blessés. Vendredi, la représentation diplomatique a été mise à sac par des manifestants extrémistes, qui exprimaient leur colère à la suite de la diffusion sur l'Internet du film anti-islam produit aux Etats-Unis. Deux protestataires ont également été tués au Soudan, vendredi. 5.000 manifestants furieux s'en sont en effet pris aux ambassades de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et d'Allemagne, la dernière étant incendiée.

Départ de tous les personnels non indispensables

"Etant donné la situation en termes de sécurité à Tunis et à Khartoum, le département d'Etat a ordonné le départ de toutes les familles et de tous les personnels non indispensables de ces deux postes, et a publié parallèlement des avertissements déconseillant aux citoyens américains de voyager" dans ces pays, a précisé dans un communiqué Victoria Nuland, porte-parole du département d'Etat.

Le département d'Etat appelle donc les citoyens américains "à éviter toutes les manifestations publiques et tous les rassemblements politiques, car même des manifestations qui semblent pacifiques peuvent devenir agressives et violentes sans avertissement".

"Garder un profil bas

Concernant les Américains qui continueraient à séjourner au Soudan, le département d'Etat déclare : "Vous devez garder un profil bas, varier vos horaires et vos itinéraires de trajet, conduire prudemment et vous assurer que votre passeport et votre visa soudanais sont toujours valides".

Un document américain indique en effet que la situation en termes de menace terroriste demeure "critique" au Soudan. Washington a donc pris des mesures pour renforcer la sécurité des personnels officiels américains. Ils doivent maintenant se déplacer dans des véhicules gouvernementaux blindés et obtenir des permissions avant de pouvoir voyager en dehors de Khartoum.

"Faire preuve d'une extrême prudence"

Washington a également ordonné le départ de tous les personnels non essentiels de Tunisie, suite aux attaques survenues vendredi. L'avertissement concernant la Tunisie déclare ainsi : "Le département d'Etat déconseille aux citoyens américains tout voyage en Tunisie en ce moment". "Les citoyens américains restant en Tunisie doivent faire preuve d'une extrême prudence et éviter les manifestations", et ils doivent avertir l'ambassade de leur présence, ajoute le document.

Samedi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a téléphoné à ses homologues en Egypte, en Arabie saoudite, en Turquie, en Grande-Bretagne et en France, ainsi qu'au Premier ministre libyen et au président somalien pour leur demander leur soutien.