Primaire vitale aux États-Unis pour les partisans du "tout sauf Trump"

  • A
  • A
Primaire vitale aux États-Unis pour les partisans du "tout sauf Trump"
Ted Cruz en campagne dans l'Indiana lundi. @ JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

S'il l'emporte dans l'Indiana, Donald Trump augmenterait fortement sa probabilité d'être investi pour la présidentielle de novembre. 

Les électeurs de l'Indiana sont appelés aux urnes mardi pour les primaires présidentielles américaines, l'une des dernières occasions pour Ted Cruz de freiner le favori républicain, Donald Trump.

Cruz, seul face à Trump. Dans cette primaire, le candidat républicain John Kasich ne concourra pas afin de laisser toutes les chances à Ted Cruz d'engranger un maximum de voix. L'objectif ? Empêcher Donald Trump d'arriver premier et de conforter son statut de favori. Depuis l'abandon en février et mars de républicains plus traditionnels, comme Jeb Bush et Marco Rubio, Ted Cruz se présente comme l'homme du consensus républicain pour battre Donald Trump. Mais il a beau traiter le milliardaire de menteur et de faux conservateur, anciennement favorable au droit à l'avortement, il n'a rien gagné depuis un mois, terminant même troisième dans plusieurs primaires derrière John Kasich.

Trump favori selon un sondage. De son côté, si Donald Trump l'emportait mardi, il ne gagnerait pas immédiatement l'investiture du parti républicain. Mais la probabilité de sa victoire finale augmenterait fortement, car il engrangerait un nombre important de délégués, et infligerait une défaite cinglante au mouvement "tout sauf Trump" qui apparaît de plus en plus désespéré. Le milliardaire semble imbattable. Il a remporté les six dernières primaires, parfois avec plus de 60% des voix comme dans son Etat de New York il y a deux semaines. Et un nouveau sondage Survey USA en Californie (vote le 7 juin) lui accorde 54% des voix contre 20% pour Ted Cruz.

Clinton, vers l'investiture. Chez les démocrates, qui voteront également mardi dans l'Indiana, l'investiture est déjà quasiment acquise à Hillary Clinton, dont l'avance en nombre de délégués sur Bernie Sanders est importante. Les résultats du seul scrutin de mardi ne changeront pas cet état de fait, mais une victoire du sénateur du Vermont lui permettrait de justifier son maintien en course, d'autant qu'il est bien placé pour les petits scrutins des deux prochaines semaines.