Présidentielle américaine : avantage à Clinton dans les dernières estimations

  • A
  • A
Partagez sur :

L'élection présidentielle américaine devrait se jouer dans quelques États, les fameux "swing states" alors que la tendance donne l'avantage à Hillary Clinton devant Donald Trump.

INFOGRAPHIE

Donald Trump ou Hillary Clinton ? Qui du magnat de l'immobilier ou de l'ancienne secrétaire d'État posera ses valises à la Maison-Blanche, après l'élection du 8 novembre? Une carte de l'Amérique aux couleurs des deux candidats permet déjà de dessiner une tendance à partir des derniers sondages et des votes historiques, même si rien n'est encore fait.

  • Hillary Clinton en tête

Selon la projection, un plus grand nombre de grands électeurs semblent acquis ou probablement acquis à Hillary Clinton sur les 270 minimum qu'il faut gagner. C'est le cas de ceux de Californie, du Maryland mais aussi probablement de New York.

Donald Trump est à la traîne avec moins de grands électeurs que sa rivale démocrate dans la poche. Selon cette projection, il décroche principalement ceux de la "Bible belt", la zone dans laquelle on trouve un grand nombre de chrétiens fondamentalistes, comme en Alabama ou en Arkansas.

  • En Floride, en Ohio, ça swingue

Ce sont les fameux "swing states", les États qui sont encore indécis, qui devraient donc faire basculer l'élection d'un côté ou de l'autre : le Nevada, la Pennsylvanie, le Minnesota, l'Iowa, l'Indiana, l'Ohio, le Maine, le New Hampshire, la Caroline du Nord et la Floride. Jusqu'ici, les électeurs de ces États ont le coeur qui penchait tantôt pour Hillary, tantôt pour "The Donald". 

  • Un vote indirect via les grands électeurs

Car pour remporter l'élection, le candidat démocrate ou républicain doit obtenir le vote de 270 grands électeurs sur 538, élus par les Américains dans chaque État. C'est ce groupe qui désignera ensuite le prochain président des États-Unis.

Le nombre de grands électeurs par État correspond au nombre d'élus à la chambre des représentants, un nombre proportionnel à la population de l'État, et de sénateurs, qui sont deux par États. Ainsi, par exemple, la très peuplée Californie compte 55 grands électeurs contre deux dans le très rural Wyoming, au centre des États-Unis.

  • Winner takes all

Lors de l'élection présidentielle, chaque État prend la couleur de la majorité des grands électeurs élus, "winner takes all" selon la formule. Aussi, si les électeurs Texans votent en majorité pour Donald Trump, c'est la totalité des grands électeurs du Texas qui seront attribués au millionnaire, soit 38 grands électeurs sur 38. Seuls deux États américains désignent leurs grands électeurs de façon proportionnelle, le Maine et le Nebraska.

Ce système d'élection indirecte explique pourquoi en 2000, le candidat démocrate Al Gore avait perdu face à George W. Bush en nombre de grands électeurs alors qu'il avait pourtant un nombre de voix de citoyens plus important que son adversaire républicain. Et vu la teneur imprévisible de cette campagne, il faut s'attendre à tout cette fois ci.