Présidentielle en Tunisie : les anti-islamistes en tête au premier tour

  • A
  • A
Présidentielle en Tunisie : les anti-islamistes en tête au premier tour
Béji Caid Essebsi remporte le premier tour avec 39% des suffrages.@ Reuters
Partagez sur :

SCRUTIN - Béji Caïd Essebsi, candidat de Nidaa Tounès, le parti anti-islamiste, est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle tunisienne avec 39% des votes, six points devant le président sortant Moncef Marzouki.  

L'info. Nidaa Tounès continue sur sa lancée. Après sa victoire aux législatives au mois d'octobre dernier, le parti, et son fondateur Béji Caïd Essebsi, sont arrivés en tête du premier tour de la présidentielle avec 39,46% des suffrages, devant le président sortant Moncef Marzouki (33,43%). Moncef Marzouki est depuis 2011 le président de la République.

>> LIRE AUSSI - Les papys de la politique tunisienne font de la résistance

Trois candidats recalés joueront les arbitres. Cet activiste, membre d'Amnesty International et opposant historique au régime de Ben Ali, avait été désigné par l'assemblée constituante en 2011. Il incarnait une forme de consensus au sein de la société tunisienne,  entre ses fractions laïques et les électeurs du parti Ennahda, le parti islamiste alors majoritaire. Le second tour verra donc s'affronter Moncef Marzouki, l'actuel président, et Béji Caïd Essebsi, son Premier ministre.

Marzouki

© Reuters

Trois autres candidats recalés au premier tour feront office d'arbitre dans la course à la présidence : Hamma Hammami, figure de proue de la gauche, troisième avec 7,82% des voix, l'entrepreneur de tendance islamiste habitant à Londres Hechmi Hamdi (5,75%) et le richissime homme d'affaires et président de club de football Slim Riahi (5,55%). Ennahda, le parti islamiste, avait préféré ne pas aligner de candidat pour "éviter une fracture entre pro-islamistes et pro-laïcs qui aurait été dévastatrice pour le pays", a expliqué son président Rached Ghannouchi dans une tribune dans le Figaro

>> LIRE AUSSI - Cinq choses à savoir sur la présidentielle tunisienne

La première présidentielle libre depuis 1956. Outre le résultat, cette élection est en elle-même une belle victoire pour la Tunisie, qui votait librement pour la première fois pour élire son chef d'Etat depuis l'indépendance obtenue en 1956. En un demi-siècle d'existence, la République tunisienne n'avait eu en tout et pour tout que deux présidents. Le héros de l'indépendance Habib Bourguiba, et Ben Ali, destitué par la rue après les révoltes du printemps 2011.