Présidentielle : à la TV belge, vous aurez les résultats

  • A
  • A
Présidentielle : à la TV belge, vous aurez les résultats
La RTBF va consacrer cette année une émission spéciale élections les 22 avril et 6 mai à partir de 18 heures.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les médias étrangers donneront les premières tendances plus tôt que ne le permet la loi en France.

La tentation sera grande. Les électeurs français les plus pressés pourront consulter avant l'heure fatidique, les estimations du premier tour de la présidentielle via les médias suisses ou belges. Alors que les télévisions, radios et sites Internet français sont tenus de ne rien publier avant 20 heures, heures de fermeture des derniers bureaux de vote, nos voisins n'ont pas les mêmes restrictions.

"On ne va pas cacher" les informations

A Bruxelles, la radio et télévision francophone publique RTBF a l'intention de consacrer cette année une émission spéciale élections les 22 avril et 6 mai à partir de 18 heures. Les journalistes belges n'hésiteront pas à donner les estimations et les résultats des sondages à la sortie des urnes. "On ne s'immisce dans rien puisqu'on travaille sur un territoire qui n'est pas concerné par les lois françaises. On sait très bien que, depuis quelques années, les gens ont des smartphones, des connexions Internet. Simplement, c'est au législateur de chaque pays de considérer ce qu'il doit faire. Nous, notre boulot, c'est de faire un travail journalistique. Quand on a une information,  on ne va pas la cacher à nos téléspectateurs", s'est justifié sur Europe 1, Christian Dauriac, chef de la rédaction à la RTBF.

Le scénario de l'élection de 2007 risque donc de se reproduire. Les sites Internet belges, comme ceux du Soir ou de La Libre Belgique, avaient alors connu une forte fréquentation après avoir publié des résultats. 

Des tendances dès 17h30

Les médias suisses ne seront pas en reste. "Nous ne sommes pas confrontés aux restrictions de la loi française et nous comptons publier des sondages 'sortie des urnes' dès que nous les aurons", a confié, Mathieu Coutaz, responsable du contenu du site 20minutes.ch. "Et nous allons renforcer massivement nos moyens d'accès pour éviter les blocages que nous avions eu lors des élections de 2007 suite à la hausse du trafic", ajoute-t-il. Selon certains les journalistes étrangers, les premiers résultats pourraient même tomber dès 17h30.

Des fuites sur les réseaux

En plus des médias étrangers, des fuites sont également attendues sur Twitter et Facebook. Même s'il s'agit d'un délit puni par une amende (entre 3.750 et 75.000 euros), certains utilisateurs pourraient franchir le pas.

D'où le "casse tête juridique pour les médias français", a précisé sur Europe 1, Matthieu Boissavy, avocat spécialiste des médias. "Si on voulait vraiment interdire la diffusion de ces informations, il faudrait interdire aux instituts de sondages de vendre des sondages le jour de l'élection ou la veille de l'élection".