Premier échec pour Solar Impulse

  • A
  • A
Premier échec pour Solar Impulse
L'avion solaire, qui devait rejoindre le Bourget, a dû faire demi tour vers Bruxelles.@ REUTERS
Partagez sur :

L'avion solaire, qui devait rejoindre le Bourget, a dû faire demi tour vers Bruxelles.

L'avion solaire expérimental Solar Impulse, qui devait rejoindre l'aéroport du Bourget, près de Paris, a connu le premier échec de sa jeune histoire samedi après une série de difficultés en vol, l'obligeant à remettre le cap sur Bruxelles. Solar Impulse a atterri samedi peu avant minuit sur l'aéroport de Bruxelles-National, d'où il était parti trois heures plus tôt.

Un problème de batterie

L'appareil, qui a décollé à 18h37 de l'aéroport de Bruxelles-National, avait dû faire demi-tour à 21h39 peu après la commune française de Bavay, dans le Nord, à quelques kilomètres de la frontière belge, a expliqué à l'AFP une porte-parole de Solar Impulse. Cette annonce est intervenue après un article publié sur le blog de l'aventure faisant état de difficultés en série. "Il n'y a pas de piste d'atterrissage intermédiaire et comme les batteries d'énergie diminuaient, on a préféré faire demi-tour pour ne pas mettre en danger la vie du pilote", André Borschberg, a expliqué la porte-parole.

"Comme nous n'avions connu que des succès, on avait fini par penser que c'était un projet très facile, mais en fait, c'est très difficile", a expliqué l'aéronaute et psychiatre suisse Bertrand Piccard, concepteur de l'avion. "Aujourd'hui, quelques pièces du puzzle étaient manquantes. Mais nous avons gagné en expérience, puisque nous n'avions jamais dû faire face à ce type de conditions météo. N'oublions pas que le but ultime est de faire le tour du monde", a-t-il ajouté.

Un nouvel essai la semaine prochaine

L'avion va tenter à nouveau la semaine prochaine de rejoindre Le Bourget, dés qu'une fenêtre météo le permettra. Le Solar Impulse est l'invité d'honneur du 49e Salon aéronautique du Bourget, qui doit s'ouvrir le 20 juin. "On arrivera peut-être pour l'ouverture du salon, ce qui ne serait pas plus mal", a lancé Bertrand Piccard. Samedi soir, le pilote a notamment dû composer avec "un gros vent de face", selon la porte-parole. Le pilote n'a notamment pas pu rentrer son train d'atterrissage, à la main, par le biais de 80 tours de manivelle.

En conséquence le train d'atterrissage est resté déployé, "ce qui freine l’avion et augmente sa dépense énergétique", écrit l'équipe de cet avion révolutionnaire sur son blog. Cet avion prototype a l'envergure d'un Airbus - 64 mètres - mais le poids d'une voiture, soit 1,6 tonne. Ses ailes, recouvertes de 12.000 cellules photovoltaïques, alimentent quatre moteurs électriques d'une puissance de 10 chevaux chacun.