Prague : un doigt d'honneur contre le communisme

  • A
  • A
Prague : un doigt d'honneur contre le communisme
@ CAPTURE TWITTER
Partagez sur :

Quelques jours avant les élections législatives en République tchèque, un artiste a érigé ce monument original

Une énorme statue représentant une main faisant un doigt d'honneur, créée par un artiste non-conformiste connu pour ses opinions anticommunistes, est apparue sur la rivière de Vltava en face du Château de Prague, quelques jours avant les élections législatives en République tchèque.

"C'est un doigt d'honneur normal destiné à ces p...s de communistes au Château", a affirmé le sculpteur David Cerny. Le Château de Prague est le siège officiel du président Milos Zeman, ex-membre du parti communiste en 1968-1970, qui se dit favorable au projet du Parti social-démocrate (CSSD) de former à l'issue du prochain scrutin un cabinet soutenu par le parti communiste tchèque (KSCM) jusqu'ici tenu à l'écart.





Le doigt d'honneur de couleur violette est placé sur un ponton flottant, à proximité du célèbre Pont Charles, haut lieu du tourisme, fréquenté tous les jours par des milliers de visiteurs étrangers.

Selon les autorités de Prague, la statue restera sur place jusqu'à samedi, jour de la fermeture des bureaux de vote.
Agé de 45 ans, David Cerny s'est fait connaître par de nombreux ouvrages provocateurs dont notamment l'exposition "Entropa", un puzzle géant de l'Europe qui avait fait scandale dans l'atrium du Conseil de l'UE à Bruxelles, à l'époque de la présidence tchèque de l'UE au premier semestre 2009.

La Bulgarie y a été représentée en forme de toilettes à la turque, la France barrée d'une banderole "en grève", la Slovaquie en saucisson aux couleurs hongroises, l'Italie en terrain de football où des joueurs se masturbent avec leurs ballons et l'Allemagne bardée de tronçons d'autoroutes formant une croix gammée. En 1991, David Cerny avait peint en rose un char de l'Armée rouge, mémorial de la libération de Prague en 1945, provoquant une protestation officielle de Moscou.

En 2006, il a fait scandale avec une oeuvre intitulée "shark" (requin): un mannequin de Saddam Hussein ligoté dans un aquarium. Son exposition prévue dans le cadre du festival Beaufort fut interdite par une municipalité belge. Son répertoire inclut aussi une parodie de saint Venceslas, le patron des Tchèques assis sur un cheval mort, pendu les pattes en l'air, en contrepoint de la grande statue équestre qui domine la place Venceslas voisine. Dans le même registre, le plasticien conceptuel a installé dans une cour privée de Prague une fontaine où deux hommes nus urinent sur la carte de la République tchèque.