Pour un cyberespace sans danger

  • A
  • A
Pour un cyberespace sans danger
La Conférence de Londres sur le cyberespace a lieu les 1er et 2 novembre prochains.@ REUTERS
Partagez sur :

TRIBUNE - Le point de vue de William Hague, ministre des Affaires étrangères britannique. 

L’évolution du cyberespace transforme et révolutionne notre quotidien. Que cette évolution présente un jour un enjeu mondial, exigeant une réponse mondiale coordonnée, est une éventualité à envisager. À ce jour cependant, le débat autour de la forme que devrait prendre cette réponse reste fragmenté et flou.

Le Royaume-Uni est d’avis qu’un changement est indispensable. Un plus grand consensus international est nécessaire de toute urgence. Il doit s’agir d’un effort collectif, impliquant les principaux acteurs du cyberespace.

C’est pour cela que j’ai invité des représentants non seulement des gouvernements, mais aussi de la société civile et du monde des affaires, à la Conférence de Londres sur le cyberespace les 1er et 2 novembre prochains. Aucun gouvernement, ni aucun pays, ne détient à lui seul les réponses. Ensemble, nous devons commencer à chercher les moyens de préserver les avantages économiques et sociaux d’Internet tout en nous prémunissant contre les menaces criminelles et sécuritaires, et ce sans étouffer l’innovation future.

2 milliards d'utilisateurs

L’accès à Internet s’est développé à une vitesse incroyable : de 16 millions d’utilisateurs en 1995 à près de 2 milliards aujourd’hui. Cette évolution rapide de la "toile", avec sa puissance connective, a ouvert d’énormes possibilités économiques et sociales que nous n’aurions pas pu entrevoir il y a moins de vingt ans.

L’élargissement de notre monde en réseau est dans l’intérêt de tous : pour chaque hausse de 10 % de l’accès haut débit, il est estimé que le PIB mondial augmentera en moyenne de 1,3 %. En plus d’encourager la concurrence et le rendement, il ouvre de nouveaux marchés.

L’industrie en ligne est déjà devenue un élément crucial de nos économies. Au Royaume-Uni, elle a atteint une valeur de 100 milliards de livres sterling, soit 8 % de notre PIB. Sa croissance est prévue à un taux de 10 % sur les quatre années à venir. À l’échelle mondiale, les échanges liés au commerce électronique représentent 8 milliards de milliards de dollars chaque année.

Notre utilisation du cyberespace estompe les frontières

Un nombre croissant de pays est dépendant d’Internet pour presque tout, qu’il s’agisse de travailler, d’acquérir de nouvelles compétences, de rester en contact avec ses amis ou même de payer ses impôts.

La "toile" favorise également l’innovation et la créativité, ainsi que l’éducation de générations entières, ne serait-ce qu’en permettant un accès rapide à l’information et aux idées. Sur Google seul, plus d’un milliard de recherches sont effectuées chaque jour.

Notre utilisation du cyberespace estompe les frontières géographiques, fait disparaître les divisions culturelles et religieuses traditionnelles, rapproche les familles et les amis et permet le contact entre les individus partageant les mêmes centres d’intérêt et préoccupations. Le cyberespace a changé notre façon de communiquer.

Internet a favorisé la transparence et permis aux individus de rendre leurs gouvernements responsables. Pour certains, les chances à saisir vont beaucoup plus loin. Le printemps arabe nous a montré comment la simple possibilité de partager des idées pouvait entraîner des changements autrefois inimaginables et aider d’humbles citoyens à se mobiliser contre des régimes oppressifs, en attirant l’attention du reste du monde sur leur brutalité.

L’apport de services publics, la réponse aux urgences et aux catastrophes naturelles, ainsi que la possibilité de résoudre les affaires criminelles ont été améliorés de manière incommensurable grâce au cyberespace.

Dans les pays en développement, Internet change déjà le cours des choses et offre un meilleur avenir à de nombreux individus en éduquant les communautés rurales, en permettant le suivi à distance des patients atteints du VIH et en prédisant les flambées de maladies.

La progression du monde en réseau a toutefois donné naissance à d’importants défis qui remettent en question un certain nombre d’acquis et menacent sérieusement d’entraver la pleine exploitation du potentiel du cyberespace.

Le fossé numérique reste important 

Des progrès ont été accomplis ces dernières années au niveau de la connectivité mondiale. Et pourtant, le fossé numérique reste important : 95 % des Islandais ont accès à Internet, contre 0,1 % seulement des Libériens. Les deux tiers de la population mondiale n’ont toujours pas accès à Internet.

Le cyberespace ouvre également des possibilités aux criminels, qui l’utilisent pour voler identités et idées, pour escroquer les gouvernements et les entreprises, mais aussi pour exploiter les membres les plus vulnérables de nos sociétés. Le coût financier de la cybercriminalité est considérable et représente 1 milliard de milliards de dollars à l’échelle mondiale. Le coût humain est bien plus grand. Les terroristes utilisent eux aussi Internet pour préparer des attentats meurtriers et inonder les forums de discussion de leur idéologie pernicieuse en vue de recruter.

Les gouvernements répressifs exploitent les avancées technologiques pour violer les droits de leurs citoyens ; ils restreignent le droit à la vie privée et la liberté d’expression ; ils empêchent l’accès à l’information que tant d’entre nous tiennent pour acquis. Le cyberespace a également ouvert de nouvelles voies d’attaques hostiles d’un État contre un autre, par la détérioration des infrastructures ou le vol de secrets, attisant ainsi la peur de la "cyberguerre". La menace est réelle : environ 20 000 messages électroniques malveillants sont transmis chaque mois aux réseaux du gouvernement britannique ; 1 000 d’entre eux sont envoyés délibérément pour attaquer ces réseaux.

Nous ne sous-estimons pas les difficultés qui nous attendent. Certains pays ne partagent pas notre opinion quant à l’impact positif d’Internet. Le consensus international général ne sera pas facile à atteindre. Cela prendra du temps.

Ne pas laisser l'avenir d'Internet au hasard

Tel est l’un des grands enjeux de notre temps. Personne ne contrôle Internet ; et nous ne pouvons pas laisser son avenir au hasard. Nous avons ici la chance d’assurer un futur audacieux et innovant, tout en étant confrontés au risque qu’Internet soit utilisé en tant que force du mal. Nous devons commencer à agir dès maintenant si nous tenons à protéger et à préserver les chances formidables qui nous sont offertes par l’évolution du cyberespace.

À Londres, nous espérons établir un agenda qui permettra au monde entier de profiter pleinement des avantages d’un cyberespace sécurisé et sans danger pour les générations à venir.

EXPRIMEZ-VOUS : Vous pourrez également participer à la conférence en proposant des questions et opinions sur l’avenir du cyberespace. Certaines seront soumises aux délégués pendant la conférence. Pour savoir comment procéder, veuillez consulter le site Internet du Foreign Office en cliquant sur le lien suivant.