Pour l'ONU, la crise dans le Golfe doit être résolue par les pays concernés

  • A
  • A
Pour l'ONU, la crise dans le Golfe doit être résolue par les pays concernés
L'ONU estime que le Qatar et les pays du Golfe doivent résoudre leurs différends par eux-mêmes.@ DEVRA BERKOWITZ / UNITED NATIONS / AFP
Partagez sur :

Le conflit diplomatique entre le Qatar et ses adversaires du Golfe doit être réglé par une discussion entre ces pays selon l'ONU.

Le Conseil de sécurité de l'ONU estime que la crise entre le Qatar et ses adversaires doit être résolue par des discussions entre les pays concernés eux-mêmes, a déclaré lundi la présidence du Conseil. L'Arabie Saoudite et ses alliés ont rompu leurs relations avec le Qatar depuis juin.

"Une solution à travers le dialogue et des consultations". "La meilleure manière" de sortir de la crise "serait que les pays concernés élaborent une solution à travers le dialogue et des consultations entre eux", a dit l'ambassadeur de Chine à l'ONU, Liu Jieyi, dont le pays préside le Conseil de sécurité en juillet.

Le diplomate a ainsi laissé entendre que le Conseil de sécurité n'avait pas l'intention de s'impliquer dans la résolution de la crise entre le Qatar et ses adversaires, ses voisins du Golfe et l'Egypte. "Tout ce que les pays (impliqués dans la crise) pourront faire pour se réconcilier et revenir à des relations de bon voisinage sera bien entendu salué par la Chine", a ajouté l'ambassadeur.

Le ministre qatari a rencontré des membres du conseil de sécurité de l'ONU. Le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohammed ben Abderrahmane al-Thani, avait rencontré vendredi des membres du Conseil de sécurité pour discuter de la rupture des relations décidée par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahrein et l'Egypte.

Selon la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera, le chef de la diplomatie du Qatar avait demandé au Conseil de sécurité d'appeler les pays menés par l'Arabie saoudite à lever les restrictions imposées au Qatar dans le domaine des transports aériens et terrestres.

L'Arabie Saoudite et ses alliés ont rompu leur relation avec le Qatar.La crise du Golfe a éclaté le 5 juin quand Ryad et ses alliés ont rompu avec le Qatar, l'accusant de soutenir "le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran chiite, rival régional du royaume saoudien qui est le chef de file de l'islam sunnite. Doha a rejeté ces accusations et a refusé de se faire dicter sa politique étrangère.

L'Arabie et ses alliés ont présenté au Qatar une liste de 13 exigences. Le Qatar a remis lundi au Koweït, qui assure une médiation dans cette crise, sa réponse à ces exigences. La teneur de la réponse qatarie n'a pas été rendue publique."La liste des demandes est faite pour être rejetée", et le Qatar "la rejette par principe", avait déclaré samedi le ministre qatari des Affaires étrangères.

Maintien ou levée des sanctions ? L'Arabie saoudite, les Emirats, Bahreïn et l'Egypte vont décider mercredi du maintien ou de la levée de leurs sanctions contre Doha lors d'une réunion de leurs ministres des Affaires étrangères au Caire.