Pour Breivik, la prison ou l'asile

  • A
  • A
Pour Breivik, la prison ou l'asile
Après des dizaines de témoignages poignants, le Parquet doit rendre ses réquisitions dans le procès d'Anders Behring Breivik@ Reuters
Partagez sur :

RETOUR SUR - Après des dizaines de témoignages poignants, le Parquet doit rendre ses réquisitions.

Le procès d'Anders Behring Breivik, jugé pour le meurtre de 77 personnes l'an dernier en Norvège, entre jeudi dans la dernière ligne droite. Dans son réquisitoire très attendu, le Parquet doit se prononcer pour son internement psychiatrique ou pour la prison. Le "tireur d'Oslo", qui veut être reconnu pénalement responsable, risque 21 ans de prison - le maximum prévu par la loi norvégienne, mais qui peut être prolongé aussi longtemps qu'il sera jugé dangereux - ou l'asile à vie. Alors que la Norvège retient son souffle à l'approche du verdict, Europe1.fr revient sur ces dix semaines de procès sous haute tension.

"C'est difficile d'être ici"

breivik pleurs 930

© Reuters

Des témoignages bouleversants. Des dizaines de témoins et de rescapés de l'attentat d'Oslo et de la fusillade d'Utoya ont défilé à la barre tout au long du procès. Certains ont raconté comment ils ont tenté de s'enfuir mais ont été rattrapés par Breivik, déterminé à tuer tout le monde sur l'île d'Utoya. D'autres, épargnés par le tueur, cherchent à comprendre pourquoi Breivik ne les avaient pas tués.

Après une semaine de procès et une première vague de témoignages, Breivik lui-même a concédé que "c'est difficile d'être ici".

"Je reconnais les faits mais je ne reconnais pas ma culpabilité"

17.04-breivik-salut-930620

Breivik assume ses actes. Dès le premier jour du procès, Anders Behring Breivik a reconnu être l'auteur des deux attaques du 22 juillet dernier. Mais il avait alors plaidé non coupable : "Je reconnais les faits mais je ne reconnais pas ma culpabilité" au sens pénal, a-t-il déclaré, affirmant avoir agi en état de "légitime défense". Quelques jours plus tard, il a estimé que la peine de mort ou l'acquittement sont les "deux seuls verdicts justes".

Fin mai, Breivik a affirmé qu'il ne ferait pas appel s'il était reconnu pénalement responsable, comme il le souhaite, même si cela lui promet une lourde peine de prison.

Schizophrène ou conscient de ses actes ?

16.04 Breivik gobelet procès Oslo Norvège. 930620

© MAX PPP

Les experts divisés. A quelques jours de la fin de son procès, Breivik reste une énigme pour les psychiatres. Deux experts-psychiatres officiels ont confirmé qu'il était "peu probable qu'il souffre d'une maladie tombant sous le coup de la psychiatrie médico-légale". Une conclusion identique à celle qu'ils avaient rendue début avril, juste avant le début du procès, mais qui s'appuie aussi désormais sur neuf semaines d'observation de l'accusé dans le prétoire.

Mais un autre binôme d'experts officiels assure, de son côté, avoir décelé une "schizophrénie paranoïde". En fait, ces derniers voient dans les idées extrêmes de Breivik des "idées délirantes" symptomatiques d'une schizophrénie", alors que les autres estiment qu'il s'agit de la simple expression d'une idéologie radicale minoritaire.

Le procès doit se terminer vendredi. Le verdict est attendu le 20 juillet - soit deux jours avant l'anniversaire de la tuerie - ou le 24 août.