Pistorius ne sera pas condamné pour meurtre, mais...

  • A
  • A
Pistorius ne sera pas condamné pour meurtre, mais...
@ Reuters
Partagez sur :

VERDICT - Le tribunal de Pretoria a estimé que Pistorius n'avait pas tiré volontairement sur sa fiancée, Reeva Steenkamp.

Un verdict en mondovision. Après six mois de procès, la première partie du verdict est tombée. Le champion paralympique Oscar Pistorius, jugé pour le meurtre de sa petite amie qu'il affirme avoir confondue avec un cambrioleur, n'a pas été jugé coupable de meurtre par le tribunal de Pretoria. La présidente du tribunal n'a pas terminé la lecture, elle peut encore le juger coupable d'homicide involontaire ou l'acquitter. La juge Thokozile Masipa a suspendu l'audience à la mi-journée et renvoyé la fin de la lecture du verdict à vendredi matin.

>> LIRE AUSSI : Pistorius "ne peut pas échapper à une condamnation pour meurtre"

La peine ne sera connue que dans plusieurs semaines. La lecture des attendus peut encore durer plusieurs heures. La juge a déjà longuement développé les charges, les faits, et expliqué le raisonnement qui l'a menée à innocenter l'athlète en ce qui concerne l'accusation de meurtre. La peine, si Pistorius est accusé, ne sera connue que dans trois à quatre semaines, à l'issue d'un autre mini-procès où la défense pourra plaider des circonstance atténuantes, le handicap, etc. Pistorius risque la perpétuité, soit 25 ans de prison incompressible. Avant de savoir si Pistorius est innocenté ou condamné pour homicide involontaire, il faudra attendre vendredi pour en savoir plus, la juge ayant ajourné la séance.

>> LIRE AUSSI : Une chaîne de télé fait voter "pour" ou "contre" la culpabilité de Pistorius

L'air pâle, les lèvres serrées. Sans un mot, l'air pâle et les lèvres serrées, est arrivé en fendant la cohue des reporters et caméramans qui attendaient avec frénésie le dénouement de ce procès hors norme. Les audiences avaient été retransmises de bout en bout à la télévision, en raison de la célébrité de l'accusé, handicapé le plus glamour de la planète et gloire du sport mondial jusqu'au meurtre en 2013.

Des moments difficiles pour Pistorius. Ces derniers jours, l'athlète était apparu très fermé, le visage mal rasé. A un journaliste, qui s'était présenté devant la maison de son oncle où il a élu domicile depuis le début de l'affaire pour lui demander comment il se portait, Bladerunner a répondu un lapidaire : "Comment pouvez-vous avoir l'audace de me demander comment je vais à ce moment-là de ma vie ?" Oscar Pistorius, abandonné par ses sponsors, a dû vendre ses deux maisons pour financer ce marathon judiciaire, qui lui coûte 7.000 euros par jour d'audience.