Pistorius souffre de dépression et n'est pas "capable de témoigner"

  • A
  • A
Pistorius souffre de dépression et n'est pas "capable de témoigner"
Oscar Pistorius.@ AFP
Partagez sur :

Selon un psychologue qui a pris la parole lundi à son procès, Pistorius souffre "de symptômes de troubles post-traumatiques, de troubles d'anxiété et de troubles de la dépression".

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, reconnu coupable du meurtre de sa petite amie en 2013, souffre de dépression et n'est pas "capable de témoigner", a estimé lundi un psychologue, appelé à la barre par la défense.

"Gravement traumatisé". "Il a montré des signes et a fait état de symptômes de troubles post-traumatiques, de troubles d'anxiété et de troubles de la dépression", a déclaré le psychologue Jonathan Scholtz. "Actuellement il n'est pas capable de témoigner. Son état de santé est grave", a-t-il ajouté, devant le tribunal de Pretoria qui devrait prononcer cette semaine la peine de l'ancien athlète. "Il a été gravement traumatisé par les événements qui se sont produits le 14 février 2013", le jour du meurtre. "Il est traumatisé quand il entend le bruit d'armes à feu", a-t-il ajouté.

"Il prie tous les jours". Oscar Pistorius "avait des projets d'avenir avec la personne désormais défunte", Reeva Steenkamp, a encore assuré le psychologue, qui a souligné que le condamné "priait tous les jours".  "Il trouve du réconfort dans l'idée que la défunte est entre les mains de Dieu", a-t-il ajouté.

15 ans de prison minimum. Dans la nuit du 13 au 14 février 2013, Oscar Pistorius a tué chez lui à Pretoria sa petite amie Reeva Steenkamp, qui était enfermée dans les toilettes. Il a toujours affirmé l'avoir prise pour un cambrioleur. Il a été reconnu coupable, en appel, de meurtre. Il encourt au moins 15 ans de prison.