Philippines : la loi martiale instaurée dans le sud de l'archipel

  • A
  • A
Philippines : la loi martiale instaurée dans le sud de l'archipel
@ MARK NAVALES / AFP
Partagez sur :

Des combats ont eu lieu lors d'une opération de chasse à l'homme à l'encontre du chef du groupe Abu Sayyaf. 

Le président philippin Rodrigo Duterte a instauré mardi la loi martiale dans l'île de Mindanao, dans le sud, où de violents accrochages se sont produits entre les forces armées et des combattants liés au groupe État islamique (EI).

"À 22h, le président a instauré la loi martiale pour l'île entière de Mindanao", a annoncé le porte-parole du président, Ernesto Abella, au cours d'une allocution diffusée depuis Moscou où le président philippin se trouvait en visite officielle.



Un policier tué. De violents accrochages se sont produits mardi dans le sud des Philippines entre les forces armées et des combattants, lors d'une opération de chasse à l'homme à l'encontre d'Isnilon Hapilon, chef du groupe islamiste Abu Sayyaf et responsable pour les Philippines de l'organisation État islamique.

Au moins un policier est mort lors des combats survenus à Marawi, une ville à majorité musulmane de quelque 200.000 habitants sur l'île de Mindanao, dans le sud du pays. Les combattants islamistes ont attaqué un hôpital lors des heurts, a précisé le chef de l'état-major philippin, le général Eduardo Ano, à CNN Philippines.

Des violences récurrentes depuis les années 90. Les heurts ont commencé, a-t-il poursuivi, lors de la perquisition d'une demeure où Isnilon Hapilon était supposé se cacher. Le département d'Etat a promis une récompense de cinq millions de dollars pour sa capture. Le groupe Abu Sayyaf, basé sur les îles méridionales de Mindanao, est à l'origine de l'enlèvement de centaines de Philippins et d'étrangers depuis les années 1990, exigeant des rançons contre leur libération.

Ils ont décapité un ressortissant allemand âgé au début de cette année et deux Canadiens l'année dernière, leurs exigences de rançons n'ayant pas été satisfaites. Selon les spécialistes des questions de sécurité, Isnilon Hapilon s'efforce d'unifier les groupes philippins qui ont fait allégeance à l'EI.