Pérou : risques de rapts au Machu Picchu

  • A
  • A
Pérou : risques de rapts au Machu Picchu
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'ambassade américaine met en garde les citoyens américains d'une menace d'enlèvement potentiel.

L'ambassade américaine à Lima a mis en garde contre de potentiels enlèvements de citoyens américains dans la région de Cuzco et plus particulièrement l'emblématique citadelle inca de Machu Picchu, dans un message posté jeudi soir sur son compte officiel Twitter et sa page Facebook.

15.02-ambassade-usa

"L'ambassade américaine met en garde les citoyens américains d'une menace d'enlèvement potentiel dans la région de Cuzco", indique le message affirmant avoir "reçu des informations selon lesquelles les membres d'une organisation criminelle pourraient avoir l'intention de kidnapper des touristes citoyens des États-Unis dans Cuzco et la région de Machu Picchu". "La menace est crédible au moins jusqu'à la fin du mois de février", indique le communiqué, ajoutant que "les cibles et et les méthodes" ne sont pas connues".

15.02-perou-machu-picchu

L'ambassade précise que "pour le moment, les voyages personnels du personnel de l'ambassade américaine dans la région de Cuzco, Machu Picchu y compris, ont été interdits et les voyages officiels sévèrement limités en raison de cette menace". Les autorités péruviennes ont demandé vendredi aux Américains de "partager leurs informations". "Nous voulons que l'information soit partagée. A ce jour nos autorités ne disposent d'aucune information" sur cette affaire, a déclaré depuis Washington sur une radio locale l'ambassadeur péruvien aux Etats-Unis, Harold Forsyth.

Pour sa part, le premier ministre péruvien Juan Jimenez a assuré que les autorités étaient dans un "état d'alerte permanente" pour garantir la sécurité des touristes visitant le Pérou. Cuzco et particulièrement la citadelle inca de Machu Picchu sont visités chaque année par un million de touristes, dont plus de la moitié sont Américains, a précisé le président de la Chambre nationale de tourisme Renato Canales. M. Forsyth a de son côté relevé que le Département d'Etat "a promis d'agir rapidement" pour informer les autorités péruviennes.