Pérou : les mineurs dégagés vivants

  • A
  • A
Pérou : les mineurs dégagés vivants
Pris au piège depuis jeudi dans une mine artisanale de cuivre au sud du Pérou, les 9 mineurs sont sains et saufs.@ Reuters
Partagez sur :

Pris au piège depuis jeudi dans une mine artisanale de cuivre, les 9 mineurs sont sains et saufs.

Le calvaire des neufs mineurs péruviens est terminé. Bloqué depuis jeudi dans une mine artisanale de cuivre au sud du Pérou, les hommes ont commencé à sortir à pied du tunnel de la mine vers 7 heures locales, midi heure française , portant des lunettes noires pour les protéger de la lumière et enroulés dans des couvertures. Un des mineurs portait un masque à oxygène et marchait avec difficulté, soutenu par deux secouristes.

Les mineurs, âgés de 22 à 59 ans, étaient emprisonnés sous terre depuis jeudi dans la mine artisanale de cuivre Cabeza de Negro, sur une montagne de la région d'Ica, à 325 km au sud de Lima. Ils n'étaient cependant pas autorisés à travailler dans cet endroit.

Accueillis par le président Humala

Les mineurs ont été accueillis à leur sortie à l'air libre par leurs familles et le président péruvien, qui avait passé la nuit sur le site. La veille Ollanta Humala s'était entretenu avec les 9 hommes par le biais d'un tube de métal qui a été leur seul contact extérieur pendant près d'une semaine. Les opérations de secours ont été ralenties jusqu'au dernier moment par des éboulis, obligeant les secours à renforcer le tunnel de la mine avec des troncs d'arbres.

"Mission accomplie" a déclaré le président Humala, alors que les secouristes agitaient un drapeau péruvien, ajoutant que "le meilleur traitement médical pour ces compatriotes est de retrouver leurs familles".

52 mineurs ont péri en 2011

Le président Humala a exhorté les mineurs illégaux à "retrouver le droit chemin et régulariser" leurs activités, alors que l'activité minière illégale est florissante au Pérou, un des premiers producteurs mondiaux d'argent, de cuivre et d'or.

52 personnes ont péri en 2011 dans des accidents miniers et 30.000 personnes se consacreraient à l'activité minière illégale dans la seule région de Ica, selon des chiffres officiels. La Défense civile de la région d'Ica a appelé pour sa part à sévir durement contre les mines artisanales plus ou moins légales, exploitées hors des normes de sécurité et présentant donc des risques accrus d'accidents.

Cet incident rappelle celui des 33 mineurs chiliens bloqués sous terre pendant 68 jours suite à l'effondrement d'un puits dans une mine. Ils étaient tous sortis sains et saufs.