Pékin dépêche son plus haut diplomate à Washington

  • A
  • A
Pékin dépêche son plus haut diplomate à Washington
Yang Jiechi est le plus haut responsable chinois à se rendre en visite officielle aux États-Unis depuis l'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump@ THIERRY CHARLIER / AFP
Partagez sur :

Cette rencontre entre Donald Trump et le chef de la diplomatie chinoise est la première entre les deux puissances depuis le début de la nouvelle présidence.

Le plus haut responsable de la diplomatie chinoise effectuera une visite lundi et mardi aux États-Unis, le premier déplacement à ce niveau entre les deux puissances depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump, a annoncé l'agence Chine nouvelle.

Bientôt une rencontre entre Xi Jinping et Donald Trump ? Yang Jiechi, qui porte le titre de conseiller d'État mais est le véritable chef de la diplomatie chinoise, plus influent que le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, s'entretiendra "avec de hauts responsables américains des questions bilatérales et des questions d'intérêt commun", a indiqué l'agence de presse officielle tard dimanche, sans préciser le nom des interlocuteurs de Yang Jiechi. Au menu des discussions figurera l'organisation d'une rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, selon un expert en relations internationales cité par Chine nouvelle.

Des relations tendues. Yang Jiechi est ainsi le plus haut responsable chinois à se rendre en visite officielle aux États-Unis depuis l'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, qui durant sa campagne avait durement critiqué la concurrence économique de la Chine, accusée de "voler" des millions d'emplois aux États-Unis. 

Après son élection, Donald Trump avait en outre provoqué la stupeur de Pékin en menaçant de rétablir des contacts officiels avec des dirigeants de l'île de Taïwan, que la Chine considère comme l'une des ses provinces. Le président américain s'est finalement engagé à respecter le principe de la "Chine unique" lors d'un tardif entretien téléphonique courant février avec Xi Jinping.

Pékin comme intermédiaire avec la Corée du Nord. Cet entretien avait permis d'organiser une première rencontre entre Wang Yi et le nouveau secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, en marge d'une réunion ministérielle du G20 en Allemagne. Rex Tillerson avait demandé à cette occasion à son interlocuteur de faire pression sur la Corée du Nord pour convaincre ce pays de stopper son programme nucléaire. Pékin a depuis cessé ses importations de charbon de Corée du Nord, une source vitale de devises pour le régime stalinien.