Peine de mort : 676 exécutions en 2011

  • A
  • A
Peine de mort : 676 exécutions en 2011
@ Maxppp
Partagez sur :

La Chine reste le point noir du rapport annuel d'Amnesty International publié mardi.

676. C'est le nombre d’exécutions recensées dans 20 pays différents en 2011, selon le rapport annuel d'Amnesty International publié mardi. L'an dernier, ce chiffre s'établissait à 527 dans 23 pays. Une augmentation d'autant plus forte qu'elle n'inclut pas les statistiques chinoises, considérées comme "confidentielles". La Chine continue à procéder à "des milliers" d'exécutions de condamnés à mort selon l'ONG.

"L'augmentation est due en grande partie à une hausse significative des exécutions judiciaires en Iran, en Irak et en Arabie Saoudite", souligne Amnesty dans ce rapport.

Après la Chine, l'Iran occupe ainsi le deuxième rang de la liste noire avec plus de la moitié du bilan mondial. Au moins 360 personnes ont été exécutées, dont les trois quarts pour des délits liés à la drogue. Cela représente également 108 exécutions en plus par rapport à 2010. Selon l'ONG, le chiffre réel des exécutions en Iran pourrait en réalité être deux fois plus important. Des "informations crédibles" font état de 274 exécutions supplémentaires, non confirmées officiellement.

Les Etats-Unis au 5ème rang

Suit l'Arabie saoudite avec au moins 82 peines de mort recensées en 2011 contre 27 in 2010. Alors que l'Irak n'avait exécuté qu'une personne en 2010, elles ont été 68 en 2011.

Les Etats-Unis, seul pays du G8 à avoir pratiqué la peine de mort en 2011, arrivent au cinquième rang avec 43 exécutions en 2011, trois de moins que l'année précédente. En Europe, un seul pays a exécuté des condamnés l'an dernier : la Biélorussie, où deux condamnés ont été exécutés. Au Japon, pour la première fois en dix-neuf ans, aucune peine de mort n'a été exécutée.   

A la fin 2011, 18.750 personnes restaient sous le coup d'une condamnation à mort.  "La grande majorité des pays ont arrêté d'avoir recours à la peine de mort", a souligné malgré tout le secrétaire général d'Amnesty International, Salil Shetty.