Pédophilie : l'Eglise catholique américaine fait les comptes

  • A
  • A
Pédophilie : l'Eglise catholique américaine fait les comptes
@ LUIS ROBAYO/AFP
Partagez sur :

INDEMNISATION - L'Eglise catholique américaine a dépensé entre juin 2013 et juin 2014 quelque 120 millions de dollars pour dédommager les victimes d'abus sexuels.

L'Eglise catholique américaine a dépensé entre juin 2013 et juin 2014 quelque 120 millions de dollars pour dédommager les victimes d'abus sexuels et 30 millions pour les programmes de lutte contre la pédophilie, a indiqué vendredi le rapport annuel commandé par les évêques. Ce 12e rapport précise que 120 millions ont été dépensés en dédommagements, thérapies pour les victimes et frais d'avocats alors qu'une trentaine de millions ont servi aux efforts de prévention, précise la Conférence des Evêques américains (USCCB).

L'Eglise américaine réalise chaque année une étude sur les allégations d'abus et les efforts de l'église depuis l'éclatement du scandale des prêtres pédophiles aux Etats-Unis en 2002, lorsque l'archevêque de Boston (nord-est) avait reconnu avoir protégé un prêtre responsable de nombreux abus sexuels. Pendant cette période 2013-2014, 657 allégations d'abus pédophile par des prêtres sont remontées jusqu'à la hiérarchie, dont 130 ont été reconnus en tant que tels, 243 font l'objet d'une enquête, les autres n'étant pas prouvées.
37 cas, tous rapportés aux autorités séculières, viennent de personnes actuellement mineures, dont six sont reconnus, le reste étant soumis à enquête ou sans preuves, ajoute l'USCCB. 80% des 294 nouvelles "allégations crédibles" se rapportent à des faits qui se seraient passés il y a plus de 25 ans, dont une majorité entre les années 1960 et 1980, et deux en 2014, ajoute l'USCCB.

La Vatican met à jour ses procédures. Trois jours auparavant, le Saint-Siège se penchait également sur ce dossier sensible en annonçant une réforme : ma mise en place de procédures juridiques établissant les responsabilités des évêques et des supérieurs coupables d'avoir couvert ou omis de sanctionner des religieux, notamment des prêtres, ayant commis des actes de pédophilie.

C'est une manière de répondre aux critiques des associations d'anciennes victimes, qui accusent l'Eglise, le Vatican et le pape de refuser de poursuivre des responsables hiérarchiques ayant défendu des religieux ou fermé les yeux sur des actes de pédophilie, mutant parfois des prêtres coupables dans d'autres fonctions.  Le "C9",  le groupe de cardinaux qui est chargé de conseiller le Pape, a reconnu que les règles "n'étaient pas assez clarifiées pour affronter ce type de problèmes" et a demandé que "des voies soient explorées pour procéder sur le plan juridique face aux abus de pouvoir et aux omissions" d'évêques ou de supérieurs d'ordres religieux, a expliqué le père Federico Lombardi au cours d'une conférence de presse.

>> LIRE AUSSI - "Le pape François gouverne l’Église différemment"

>> LIRE AUSSI - Eglise de France : Des vocations éclectiques

>> LIRE AUSSI - Synode : l'Eglise est-elle définitivement irréformable ?