Pays-Bas : incendie dans la plus grande raffinerie d'Europe

  • A
  • A
Pays-Bas : incendie dans la plus grande raffinerie d'Europe
L'incendie a été maîtrisé vers 6 heures du matin. @ AFP
Partagez sur :

L'incendie a été maîtrisé dimanche au petit matin, mais de gigantesques flammes étaient encore visibles de très loin au-dessus du bâtiment. 

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche dans la raffinerie Shell de Rotterdam aux Pays-Bas, la plus importante d'Europe, entraînant l'arrêt d'une partie du site.

Un processus "totalement contrôlé". "Le feu a pris cette nuit dans une centrale électrique à haute tension de la raffinerie Shell Pernis de Rotterdam", a déclaré un porte-parole de Shell. L'incendie a été maîtrisé par les pompiers au petit matin, peu avant 6 heures locales (4 heures GMT), mais de gigantesques flammes étaient encore visibles de très loin au-dessus de la raffinerie. "Plusieurs unités sont à l'arrêt et, pour des raisons de sécurité, nous brûlons à la torche les gaz restants à l'intérieur", a expliqué le porte-parole, ajoutant que ce processus était "totalement contrôlé" et que la société "essaie de limiter ce brûlage pour ne pas trop déranger les habitants des alentours."

De la suie dans l'air. Shell Pernis à Rotterdam est, avec environ 60 usines, la plus grande raffinerie d'Europe. L'incendie pourrait être dû à un court-circuit selon des médias locaux. Une information non confirmée par Shell, qui "attend d'en savoir plus sur les circonstances de l'incident." Selon le responsable de la sécurité régionale, il n'y a pas trace de dégagement de produits toxiques dans la fumée, mais il peut y avoir de la suie dans l'air. "Chaque incident en est un de trop. Notre priorité est de sécuriser le site", a fait savoir le porte-parole de la société, conscient de l'inquiétude que suscite dans la région une grande boule de feu "impressionnante" au-dessus de la raffinerie.

Shell n'était pas encore en mesure de déterminer les dégâts dimanche, ni quand la raffinerie serait de nouveau pleinement en fonction. "La mise à l'arrêt et la remise en marche des unités peut prendre plusieurs heures, voire même un jour pour certaines", a expliqué le porte-parole de la société. "Ce ne sont pas des cafetières que l'on allume ou que l'on éteint en un claquement de doigt."