Paradis fiscaux : Londres et Paris veulent des sanctions

  • A
  • A
Paradis fiscaux : Londres et Paris veulent des sanctions
Partagez sur :

Gordon Brown et Nicolas Sarkozy ont réaffirmé, lundi, leur volonté de lutter contre les paradis bancaires.

Le président français Nicolas Sarkozy et le premier ministre britannique Gordon Brown ont demandé, lundi, à Evian, l'instauration, à partir de mars 2010, de sanctions internationales contre les paradis fiscaux qui ne se conformeraient pas aux normes de transparence.

" Nous demandons aujourd'hui qu'une date-butoir soit fixée pour l'instauration de sanctions contre les paradis fiscaux, des sanctions qui pourraient inclure une révision des politiques d'investissement, l'instauration de taxes sur des fonds basés dans des paradis fiscaux ou le retrait de l'aide", a précisé Gordon Brown, lors d'une conférence de presse conjointe avec Nicolas Sarkozy, lundi, en marge du sommet franco-britannique d'Evian, en Haute-Savoie.

Actuellement, un pays doit signer douze accords d'échange d'information fiscale pour être retiré de la liste grise des paradis fiscaux établie par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Début avril, lors du G20 de Londres, les dirigeants du monde entier ont, pour la première fois, adopté des sanctions concrètes pour lutter contre les paradis bancaires. Dès l’automne prochain, 42 pays figurant sur liste grise pourront être frappés de retrait de licence bancaire s'ils continuent d'opposer le secret bancaire aux demandes de renseignements du fisc d'autres pays « sur soupçons nominatifs et documentés ».

>G20 : "un nouvel ordre mondial" est né

>Vers la fin des paradis fiscaux en Europe ?