Panique dans le ciel de New York, excuses de la Maison-Blanche

  • A
  • A
Panique dans le ciel de New York, excuses de la Maison-Blanche
Partagez sur :

Trois avions militaires américains, dont un Boeing 747 présidentiel, ont survolé New York à basse altitude lundi, provoquant un vent de panique. La Maison-Blanche a présenté ses excuses.

Le souvenir du 11 septembre 2001 est encore fort dans les esprits des newyorkais. Trois avions militaires américains, dont un Boeing 747 présidentiel, ont survolé New York à basse altitude lundi, non loin du site des attentats du 11 septembre 2001, provoquant panique et évacuation de bureaux. Dans la matinée, les avions ont effectué quelques tours non loin de la statue de la Liberté au sud de Manhattan et au dessus de l'Hudson, à une altitude non précisée mais beaucoup plus basse que celle des avions qui survolent habituellement la ville. Quelques photos et vidéos prises par des particuliers montrent un gros appareil bleu et blanc semblant passer entre des gratte-ciels.


"Il s'agissait d'une manoeuvre autorisée du département de la Défense destinée à faire des photos", a expliqué un porte-parole de l'aviation fédérale américaine (FAA), Jim Peters. La Maison-Blanche a présenté ses excuses lundi pour cet impair très mal vécu à New York. "J'ai approuvé la semaine dernière une mission au-dessus de New York. J'assume la responsabilité de cette décision", a dit, dans un communiqué exceptionnel, Louis Caldera, le directeur du bureau militaire à la Maison-Blanche, dont relève la flotte présidentielle. "Si les autorités fédérales ont pris les mesures appropriées pour informer les autorités de l'Etat et les autorités locales de New York et du New Jersey, il est manifeste que cette mission a semé la confusion et le trouble", a-t-il dit. "Je présente mes excuses et j'assume la responsabilité du désarroi que ce vol a causé".

Le maire de New York, Michael Bloomberg, s'est dit "fâché et même furieux", et a assuré n'avoir pas été averti. "Ils ne voulaient pas que ça s'ébruite, c'est ridicule et absurde", a-t-il estimé.