"Panama Papers" : Alger refuse un visa à un journaliste du Monde en représailles

  • A
  • A
"Panama Papers" : Alger refuse un visa à un journaliste du Monde en représailles
François Hollande a été reçu par Abdelaziz Bouteflika à l'été 2015@ RODRIGO ARANGUA / AFP
Partagez sur :

Le pouvoir algérien reproche au journal d'avoir mis en cause à tort le président Abdelaziz Bouteflika.

L'Algérie a refusé un visa à un journaliste du Monde qui devait couvrir le voyage officiel du Premier ministre Manuel Valls, samedi et dimanche à Alger. Le pouvoir entend ainsi protester contre la publication d'une photo du président Abdelaziz Bouteflika le liant à tort au scandale des Panama Papers. Valls a appelé son homologue algérien pour tenter d'infléchir la situation. Un visa a également été refusé à une équipe du Petit journal de la chaîne Canal+, ont indiqué une source gouvernementale et une source proche du Monde.

Manuel Valls a téléphoné à son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour plaider la cause de deux journalistes français du Monde et de Canal+ qui se sont vu refuser, en guise de rétorsion contre leurs médias, des visas pour le voyage officiel du Premier ministre français. Lors de cet entretien téléphonique, qui s'est tenu mercredi après-midi, il a tenté d'inverser la décision algérienne en souhaitant que "l'ensemble de la délégation de presse" l'accompagnant puisse obtenir des visas, jusqu'à présent sans succès, selon l'entourage du Premier ministre.

"Entrave à la liberté de la presse".Le Monde a "regretté" vendredi cette décision "liée au traitement des Panama Papers" et "proteste contre cette entrave à la liberté de la presse", a indiqué son directeur Jérôme Fenoglio. "Les autorités algériennes ont refusé de donner un visa au journaliste du Monde qui devait couvrir la visite officielle de Manuel Valls en Algérie, à partir de samedi, nous empêchant d'effectuer notre travail", souligne-t-il sur le site du Monde.



Boycott. En signe de solidarité, France Culture, France Inter, Libération et Le Figaro ont annoncé vendredi qu'ils ne couvriraient pas la visite officielle du Premier ministre. "Cette décision de boycott est prise en solidarité avec notre confrère du Monde, privé de visa par les autorités algériennes en raison du traitement du scandale des Panama papers par le quotidien français, notamment les informations visant l'Algérie", indiquent les quatre rédactions dans un texte commun.