Pakistan : trois soldats tués dans une explosion à la frontière afghane

  • A
  • A
Pakistan : trois soldats tués dans une explosion à la frontière afghane
Les soldats ont été tués alors qu'ils vérifiaient les abords d'une route à la recherche d'une éventuelle mine artisanale. Image d'illustration. @ AAMIR QURESHI / AFP
Partagez sur :

Cette attaque, non revendiquée, est intervenue dans une région où la présence des talibans a été autrefois très forte. 

Trois soldats ont été tués lors de l'explosion d'une mine artisanale dimanche dans le Nord Waziristan, une zone tribale isolée du nord-ouest du Pakistan, à la frontière avec l'Afghanistan, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Couvre-feu. Les soldats vérifiaient les abords d'une route avant le passage d'un convoi militaire à la recherche d'une éventuelle mine artisanale quand celle-ci a explosé, a indiqué un responsable sécuritaire."Trois soldats des Frontier corps sont morts en martyr dans l'explosion d'une mine artisanale dans le village de Ghulam Khan", a-t-il déclaré. Des membres de services de renseignement locaux ont confirmé l'incident ainsi que son bilan. Un couvre-feu a été décrété sur la zone et une opération de recherche mise en place pour retrouver les auteurs de l'attaque, a encore expliqué le cadre sécuritaire.

Pas de revendication. Ghulam Khan est situé dans le Nord Waziristan, l'un des sept districts tribaux du Pakistan, frontaliers de l'Afghanistan, où la présence des talibans a longtemps été forte. Aucun groupe n'a revendiqué l'incident du jour, dont le modus operandi rappelle celui des talibans.

Moins d'attaques. Malgré une baisse du nombre d'attaques au Pakistan ces dernières années, liée à une série d'offensives militaires contre les insurgés dans le nord-ouest du pays, les groupes rebelles sont encore en capacité de perpétrer des attaques sanglantes. Début décembre, une attaque revendiquée par les talibans pakistanais contre un centre de formation agricole à Peshawar avait fait neuf morts et des dizaines de blessées. Cette vague de violences survient alors que des centaines d'habitants déplacés de leurs maisons pendant les offensives au Nord Waziristan se préparent à rentrer chez eux, la région ayant été déclarée sûre par l'armée.