Où va atterrir Edward Snowden ?

  • A
  • A
Où va atterrir Edward Snowden ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Coincé à Moscou, l'informaticien américain a renoncé à demander l'asile politique en Russie.

Que devient Edward Snowden, cet informaticien sorti de l'anonymat le 10 juin en révélant le programme d'écoutes de communications de la NSA ? Difficile à dire. L'homme traqué par les États-Unis, qui exigent son extradition, est toujours invisible. Arrivé le 23 juin à Moscou - où il est toujours - en provenance de Hong Kong, Edward Snowden n'est pas apparu publiquement depuis huit jours. Privé de son passeport, le trentenaire est pris dans un imbroglio diplomatique dont ne devraient pas profiter les États-Unis. Le point sur sa situation.

Demande d'asile dans 21 pays. L'ancien consultant américain a demandé l'asile politique dans plusieurs pays, dont l'Islande, l’Équateur, Cuba, le Venezuela, le Brésil, l'Inde, la Chine, l'Allemagne et la France. "En apprenant hier la position de Poutine sur les conditions nécessaires pour rester en Russie", il a en outre fini par renoncer à demander l'asile en Russie, a annoncé mardi le Kremlin.

Coincé à Cheremetievo. Edward Snowden est bloqué depuis plus d'une semaine à l'aéroport Cheremetievo de Moscou où il vit une situation qui n'est pas sans rappeler celle de Tom Hanks dans Le Terminal. D'après la version officielle russe, l'ex-informaticien de la NSA se trouve dans la zone de transit de l’aéroport moscovite. Théoriquement, le droit russe limite les séjours de ce type à vingt-quatre heures. Mais une loi russe permet d’octroyer un visa de transit de dix jours, renouvelable, à une personne qui n'est pas en mesure de quitter la Russie en raison de "circonstances exceptionnelles", comme une annulation de passeport par exemple... une situation que vit actuellement Edward Snowden.

La Russie reste ferme. Si sa situation paraît moins bloquée que celle de son principal soutien, Julian Assange - l'homme de Wikileaks - Edward Snowden ne sait cependant pas sur quel pied danser. Parviendra-t-il en Équateur - comme le rêve son aîné, coincé à l'ambassade équatorienne de Londres -, ou sera-t-il contraint de rentrer aux États-Unis, où l'attend une cellule de prison et un procès ? Vladimir Poutine a donné des esquisses de réponses, lundi après-midi. "La Russie ne livrera jamais Edward Snowden", a fermement déclaré le président russe, avant de nuancer : s'il veut rester en Russie, Snowden doit "cesser son travail visant à nuire à nos partenaires américains". Ce qui semble lavoir finalement décidé le consultant à renoncer à sa demande.

24.06-snowden-assange

L’Équateur ferme sa porte. Le président équatorien Rafael Correa a par ailleurs opéré un revirement en déclarant que son pays avait fait "une erreur" en aidant Snowden à quitter Hong Kong. Après avoir appris que l'informaticien avait demandé l'asile en Russie, l'Equatorien a ajouté auprès du Guardian que puisqu'il était "sur le territoire russe, les décisions appartenaient aux autorités russes". Privé de l'option russe, Edward Snowden se retrouve donc également mardi lâché par l'Equateur.

>> Lire aussi : Assange, Snowden, pourquoi l'Equateur ?