Où en est-on à la centrale de Fukushima ?
La centrale Fukushima I, avant le séisme du 11 mars 2011. © MAXPPP

Le site nucléaire situé au Nord-Est du Japon est au coeur d'une crise nucléaire depuis vendredi.

Le séisme et le tsunami de vendredi dernier ont dévasté le Nord-Est du Japon et ont touché le site nucléaire de Fukushima. Depuis, le pays du soleil levant vit dans la crainte d’un véritable désastre nucléaire. Exploration de Fukushima.

Le site nucléaire de Fukushima. Il est composé de deux centrales nucléaires, situées à quelques kilomètres de distance. La centrale numéro 1, Fukushima-Daiichi, comporte six réacteurs. La numéro 2, Fukushima-Daini, est formée de quatre réacteurs.

Fukushima-Daiichi est l’une des 25 plus grandes centrales nucléaires du monde. Créée en 1970 et entièrement construite et exploitée par Tepco (Tokyo electric power), elle est située au bord de l’Océan pacifique sur la côte est de l’île de Honshu et à 225 kilomètres de Tokyo. Sa sœur, Fukushima-Daini, est située plus au sud, à 12 kilomètres. Elle a été construite à partir de 1982.

16.03_centrale fukushima 1 apres seisme MAXPPP 930x620.jpg

La centrale de Fukushima I, après le séisme du 11 mars 2011. © MAXPPP

La centrale n°1, la plus touchée

La situation actuelle à Fukushima 1. Sur les six réacteurs de la centrale nucléaire, les quatre premiers ont été fortement touchés par le séisme et le tsunami.

Les réacteurs 1, 2 et 3 continuent de chauffer, jusqu'à une fusion partielle. Et ce, alors qu’ils ont été automatiquement arrêtés lors du séisme. Ils subissent des explosions provoquées par l'accumulation d'hydrogène. Et ces explosions pourraient avoir endommagé l’enceinte de confinement du réacteur numéro 2.

Un incendie est survenu dans le réacteur numéro 4, touchant une piscine d'entreposage du combustible usé, avec un risque de rejet radioactif directement dans l'atmosphère. Pour éviter des rejets radioactifs très importants dans l’atmosphère, il est nécessaire de rétablir le niveau d’eau dans la piscine de stockage. Des pompiers de l'extrême, au nombre de 50, vont être envoyés pour verser de l’eau sur ce réacteur, malgré le niveau de radiation élevé au-dessus de la zone.

"Un acte désespéré" pour Yves Marignac, directeur du service d’étude et d’énergie de WISE-Paris, interrogé sur Europe 1. Selon lui, cette solution "paraît un moyen dérisoire et désespéré par rapport à l’ampleur et la perte de contrôle de situation". Car, explique-t-il, "une fois qu’on a perdu définitivement les moyens de refroidissement, n’importe quel exploitant est totalement démuni face à ce terrible enchaînement".

Quant aux réacteurs 5 et 6, ils étaient hors service lors du tremblement de terre. Une hausse de leur température a toutefois été notée depuis la secousse du 11 mars.

Au Japon : après le séisme meurtrier, la peur d'un accident nucléaire majeur

Au Japon : après le séisme meurtrier, la peur d'un accident nucléaire majeur © REUTERS

La radiation actuelle à Fukushima 1. Les données précises manquent encore mais des niveaux entre 30 et 400 millisieverts (mSv) ont été relevés autour des réacteurs. A partir d'une dose de 100 millisieverts reçue par le corps humain, les observations médicales font état d'une augmentation du nombre des cancers.

Moins d'inquiétude dans la centrale n°2

La situation actuelle à Fukushima 2. Les dysfonctionnements semblent moins inquiétants que dans la centrale n°1. Sur les quatre réacteurs de la centrale de Fukushima-Daini, trois connaissaient des problèmes de dysfonctionnements liés au système de refroidissement.

Les autorités japonaises indiquent être parvenues à refroidir deux réacteurs nucléaires. Mais l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire indique, pour sa part, qu’"il semble les installations soient actuellement dépourvues de systèmes de refroidissement".

La radiation actuelle à Fukushima 2. Aucun chiffre officiel sur la radiation exacte n’a été publié.