Où dorment les touristes chinois à Paris ?

  • A
  • A
Où dorment les touristes chinois à Paris ?
@ MaxPPP
Partagez sur :

Ils sont de plus en plus nombreux à visiter Paris, mais ils séjournent très loin de la capitale.

800. 000 Chinois visitent Paris chaque année. Dans une dizaine d’années, il y en aura un million de plus. Mais, alors que cette clientèle nouvelle se développe depuis le milieu des années 2000, les hôteliers ne constatent pas de réel afflux dans leurs établissements et se demandent où dorment ces Chinois pendant leur séjour. Réponse : loin de Paris.

Des hôtels à une heure de route de Paris

Interrogés sur cette question, Isis et ses amis, venues du centre de la Chine et agglutinées devant leur bus au pied d'un grand magasin parisien ont quelques difficultés à rentrer dans les détails. "L'hôtel où nous avons dormi était vraiment loin de la ville", explique-t-elle au micro d’Europe 1. "Si vous partez en bus du centre, il vous faudra peut-être une heure de route pour y arriver", ajoute-t-elle. "C'était presque à la campagne, il n'y avait même pas de métro à côté. Nous n'avons pas choisi cet hôtel, c'est notre Tour operator qui a tout organisé", conclut-elle.

Voilà la clé de l’énigme. Les agences de voyage des touristes chinois privilégient les hôtels peu chers, de préférence hors de la région Ile-de-France, avec des nuits à 50 euros pour une chambre double et un petit-déjeuner.

Les contraintes des voyages en groupe

Pour Paul Roll, directeur de l'Office de tourisme de Paris, ce choix s’explique par les contraintes de voyage imposées par les autorités chinoises. "Ils ont un visa de groupe et non pas un visa individuel", observe-t-il . "Ce sont des voyageurs qui font un tour d’Europe dans un même autocar, avec un même guide, ce qui est un moyen pour éviter tout dérapage d’une immigration clandestine sous le couvert d’un voyage de loisir".

Ainsi, tant que les touristes chinois ne pourront pas voyager individuellement, il sera difficile de les faire séjourner dans les hôtels parisiens. En revanche, rien ne les empêche de consommer dans la capitale et ils ne s’en privent d’ailleurs pas : ils sont, de très loin, les premiers clients pour les produits de luxe détaxés à Paris.